/entertainment/comedy
Navigation

Normand Brathwaite se dénude au ComediHa!

L'animateur et ses invités ont célébré les 20 ans du festival au Palais Montcalm

Coup d'oeil sur cet article

Normand Brathwaite n’a jamais eu peur du ridicule. On savait qu’avec lui, la soirée anniversaire des 20 ans du ComediHa! Fest serait déjantée. En effet, l’animateur s’est livré à peine vêtu à des chorégraphies, au cœur de numéros humoristiques et musicaux originaux qui soulignaient le meilleur - et le pire - de deux décennies d’humour.

La soirée, concoctée spécialement pour célébrer l’anniversaire du festival d’humour, était plus festive que tous les autres galas présentés jusqu’à maintenant, entre autres grâce à l’apport de sept musiciens et la présence d’Élizabeth Blouin-Brathwaite, fille de l’animateur. 

Pour marquer le coup du 20e, on se demandait tous si Brathwaite allait se dénuder, comme il l’avait fait il y a plusieurs années dans un de ses galas. On a eu la réponse dès qu’il s’est pointé sur scène, au terme d’un numéro musical entraînant au son de La Ziguezon.

L’animateur s’est mis à danser vêtu seulement d’un cache-sexe aux couleurs du festival. « Rincez-vous l’œil, plus jamais je vais porter des costumes comme ça ». On se permet d’en douter...

Des « roasts » au menu

Après cette folle ouverture, on a eu droit à autant de numéros solos que de sketchs éclatés.

Comme premiers invités, Dominic et Martin sont venus rendre hommage au ComediHa! sous les traits des personnages Martin et « le gars fuck all », ressortant tous les jeux de mots possibles avec le nom actuel du festival, autrefois Grand Rire Bleue. « Après le passage de deux, trois humoristes français, ils ont failli appeler ça le Grand Rire Jaune », a lancé Dominic Sillon.

Toujours dans l’ambiance d’un « roast », c’est tout un travail qu’avait fait Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, mandaté pour revisiter les archives des galas, qu’il a écorché avec humour. L’humoriste émergent Sébastien Haché s’est ensuite décollé du thème de la soirée avec un numéro sur les annonces de chats recherchés. 

Johanne Blouin, Guylaine Tanguay, Alex Perron, Normand Brathwaite et sa fille Élizabeth ont ensuite parodié les Spice Girls avec une chanson humoristique, sous le nom Les Déprimes, avant qu’Yves P. Pelletier nous fasse honneur de la présence de Monsieur Caron.

Un des meilleurs moments de la soirée a été le sketch Les pêcheurs, clin d’œil à l’émissionSamedi de rire, diffusée à la fin des années 1980 et à laquelle participait Brathwaite. Dans une joute verbale avec la phrase classique « je le sais pas si tu vas me crère », les pêcheurs Claude Legault, Boucar Diouf et Julien Poulin, ont offert un moment dont on se souviendra encore dans vingt ans.

Le pire du festival

Après un «remake» complètement éclaté des Pays d’en haut avec les Denis Drolet, Anne Casabonne, et Alain Dumas, entre autres, on a eu droit aux absurdités, ovationnées, de Daniel Grenier.

On s’est ensuite rappelé le plus grand flop de l’histoire des galas: le numéro des gars de La soirée est (encore) jeune, présenté sur le gala de Mike Ward en 2016 et après lequel ils avaient été hués. Stéphane Fallu et Marie-Lyne Joncas se sont joliment payé leur tête et leur ont remis un trophée pour le pire moment de l'histoire. Olivier Niquet et Jean-Sébastien Girard sont montés sur scène pour accepter le prix avec beaucoup d’autodérision... et cette fois-ci, quelques bonnes blagues.

C’est avec émotions que Normand Brathwaite a présenté son fils, Édouard, qui a fait son premier numéro de stand-up à vie, avec que la soirée se termine comme elle a débuté: en musique, avec un solo de percussions endiablé signé Louis-José Houde.

 ► Le duo Les Denis Drolet anime un Gala ComediHa! jeudi soir, au Palais Montcalm.