/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Geneviève Jodoin: la gagnante de La Voix partage ses goûts

Coup d'oeil sur cet article

 C’est un véritable conte de fées qu’a vécu la gagnante de La Voix, Geneviève Jodoin. Lorsqu’elle a appris qu’elle participerait à cette grande fête musicale télévisuelle qui réunit plus de 2,5 millions de téléspectateurs à chaque épisode, une seule chose la portait : gagner. La tournée La Voix Expérience est en cours à Québec pendant le mois d’août et s’arrêtera aussi à Montréal, au Théâtre St-Denis en septembre. Pour Geneviève, c’est une nouvelle réunion avec le public qui l’a élue grande gagnante de la dernière édition. Elle est aussi en préparation de son album qui devrait sortir l’automne prochain. Mais il y a une autre activité qui occupe ses pensées : son restaurant. Depuis 2013, elle est copropriétaire avec son amoureux, le bassiste et auteur Frédéric Boudreault, d’une auberge-bistro culturelle située sur L’Isle-aux-Coudres dans Charlevoix : L’AUBERGE LA FASCINE. C’est donc avec sa passion culinaire qu’elle répond à mes questions, dans son restaurant chouchou à Montréal, Le Montréal Plaza. 

 Questionnaire gourmand 

 

 Café ou thé, Geneviève ? 

 

 Café, surtout celui du café Charlevoix. Je m’en délecte chaque fois. Il faut que les lecteurs découvrent cette belle petite place, c’est une superbe brûlerie, le café est incroyable.  

 

 Café-croissant ou gruau et fruit ? 

 

 Non non non, rien de tout ça, moi c’est plutôt, une toast, avec de la confiture ou un peu de fromage et un bon café.  

 

 Beurre ou margarine ? 

 

 Beurre, bien sûr, sur mon pain ou dans ma cuisine.  

 

 Pain tranché ou baguette ? 

 

 Baguette, mais du pain tranché maison, un pain de ménage, c’est bien réconfortant.  

 

 Fromage ou dessert ? 

 

 Dessert puisque je suis très bec sucré, même si j’aime beaucoup le fromage aussi.  

 

 Viande ou poisson ? 

 

 Poisson, le plus souvent possible. Particulièrement l’omble chevalier de la pisciculture Charlevoix. La truite de Bobines. J’aime les poissons fins.  

 

 Salade ou frites ? 

 

 Frites, si c’est au choix, mais pour me donner bonne conscience, je vais dire moitié-moitié.  

 

 Végé ou carné ? 

 

 Vraiment égal, en fait, je mange de moins en moins de bœuf, et je vais de plus en plus favoriser les légumes. Manger plus de végétaux est bon aussi pour la santé.  

 

 Resto ou livraison ? 

 

 Généralement resto, car pour moi, c’est aussi une sortie, surtout quand tu as un resto (rire) ! Lorsque je vivais à Montréal, les seules livraisons que je faisais, c’était pour les sushis.  

 

 Caramel ou chocolat ? 

 

 Caramel, en fait, je ne suis pas vraiment chocolat.  

 

 Huile d’olive ou huile de canola ? 

 

 Huile d’olive.  

 

 Gâteau ou biscuit ? 

 

 Biscuit. C’est surtout associé, pour moi, à un bon moment avec les enfants. Ils font eux-mêmes leurs biscuits. Ils ont un petit livre de recettes de biscuits qui est tout taché et déchiré, mais c’est un livre que mes enfants adorent.  

 

 Gastro ou bistro ? 

 

 Plutôt bistro, car mon restaurant est aussi un bistro, alors cela me ressemble. Mais j’avoue que la grande gastronomie me comble aussi lorsque j’en ai l’occasion.  

 

 Bière ou vin ? 

 

 Je ne suis pas une experte, mais je suis très curieuse et je m’en remets volontiers aux sommeliers dans les restaurants pour découvrir des vins.  

 

 Blanc ou rouge ? 

 

 Plutôt blanc, j’aime le chardonnay et le pinot gris.  

 

 Bulles ou cocktail pour l’apéro ? 

 

 Je ne suis pas bulles, en fait, ça me monte à la tête. Alors, je dirais plutôt cocktail, même avec des cocktails sucrés, puisque je suis une fille à la dent sucrée. Sinon, un bon gin de la distillerie Menaud dans ma belle région de Charlevoix. C’est très bon.  

 

 Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi tu l’as choisi. 

 

 Une mandoline asiatique. C’est devenu un réflexe pour moi de l’utiliser tout le temps, car j’adore couper mes légumes finement.  

 

 Lorsque tu cuisines, chez toi ou dans ton restaurant, tu écoutes de la musique ? 

 

 Toujours, c’est stimulant.  

 

 Quel genre de musique ? 

 

 C’est très varié. Ça va de Half Moon Run à Patrice Michaud en passant par la Compagnie créole.  

 

 Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ? 

 

 Lorsque les enfants sont à table, qu’ils s’expriment et racontent leur journée ou des histoires, c’est un moment de partage que j’adore.  

 

 J’aime faire un gros feu dans mon jardin, une belle braise et mettre sur le gril toutes sortes de viandes, ça sent bon, c’est délicieux, c’est parfait pour les partages. Si nous sommes à l’intérieur, alors la musique prend aussi sa place, car avec le piano et toutes les guitares, le party pogne, ça c’est sûr.  

 

 As-tu une recette chouchou que tu fais à tes invités ? 

Le couscous, un plat réconfortant
Photo Adobe Stock
Le couscous, un plat réconfortant

 

 Je fais souvent un couscous, c’est très réconfortant, les gens adorent un gros plat de partage au centre de la table et le couscous se prête bien à ça.  

 

 Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es la plus fière. 

 

 Mon tartare d’omble chevalier, j’en suis bien fière. Il est toujours au menu de mon restaurant d’ailleurs.  

 

 Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté... 

 

 Lorsqu’un jour les enfants m’ont dit : « Maman, tu sais qu’on t’aime, mais ça, ce n’était pas vraiment bon » (rire). Je me rappelle avoir mélangé des saveurs thaïes avec un truc italien, bref, pas rapport­­­, ce n’était effectivement pas très bon.  

 

 Meilleure expérience culinaire à vie ? 

 

 Ici au Montréal Plaza, à Montréal, chez Charles-Antoine Crête. Je connais bien l’équipe de salle et de cuisine et franchement, je leur ai donné carte blanche sur mon repas et ce fut un pur délice. Tout était explosion de saveurs, j’en rêve encore. Poissons, fruits de mer, viande, volaille, les plats légumiers, desserts délicats, les vins, une soirée mémorable.  

 

 Ça sentait quoi, chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite ? 

 

 Nous sommes une grosse famille de dix enfants, alors la sauce à spag, c’est un très bon souvenir pour moi. La recette de ma mère, je la sers encore dans mon restaurant. Elle faisait aussi des gâteaux décadents.  

 

 Fromage préféré ? 

 

 Le Hercule, mon fromage préféré, mais évidemment j’adore le fromage, donc les fromages du Québec comme la Tomme d’Elles, le 1608...  

 

 Carnet d’adresses  

 

 

 Tes restos préférés ? 

 

 Ogo Sushi, rue Jarry à Montréal, c’est tout mini comme place, mais les sushis sont délicieux et les prix sont doux.  

 

 Resto préféré pour sortir en tête-à-tête ? 

 

 J’adore manger au bar généralement, car j’aime regarder l’action avec mon amoureux. Évidemment, Montréal Plaza. En tête-à-tête, pour un anniversaire, pour une soirée en groupe, bref, pour toutes les occasions, c’est mon numéro 1.  

 

 Resto préféré à l’extérieur de Montréal ? 

 

 Le Mouton noir dans ma région de Charlevoix, à Baie-Saint-Paul.  

 

 À L’Isle-aux-Coudres, il y a un petit resto déjeuner formidable : La Fabrique de l’Isle. Aussi, l’Hôtel du Capitaine, c’est un hôtel merveilleux à L’Isle-aux-Coudres, beaucoup de mets traditionnels, c’est très bon.  

 

 Produits culinaires chouchous ? 

 

 Le parmesan. C’est aussi un bon dépannage.  

 

 Recette fétiche ? 

 

 C’est une sauce crémeuse au fromage Hercule, c’est la raison pour laquelle j’adore ce fromage. L’hiver, j’en vends même des pots tellement mes clients l’aiment et m’en demandent.  

 

 De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ? 

 

 En fait, le fromage en général, car il te sauve souvent la vie en ajoutant de la saveur à un plat.  

 

 Un coup de cœur culinaire ? 

 

 Une boutique artisan, Safran Charlevoix. C’est vraiment merveilleux ce qu’ils font. Leur safran est magique. Aussi, le pâté à la truite de chez Paul, c’est un lieu inusité, mais tout le monde y va, c’est tellement bon.  

 

 Gourmandise coupable ? 

 

 La mayonnaise, c’est devenu une blague, tous mes amis se moquent de moi, c’est vraiment mon plaisir coupable.