/opinion/columnists
Navigation

Tout simplement wow

Coup d'oeil sur cet article

On peut se plaindre d’avoir tremblé dans ce printemps de derrière tout en pluie inondeuse, froid et tout en gris, mais, de grâce, pas un mot contre l’été.

Il lui reste encore plus d’un mois il sera certainement un des plus beaux de notre existence.

Wow ! De longues et nombreuses belles journées ensoleillées et chaudes même dans les régions plus au nord. Des soirées douces pour la romance et des nuits rêvées pour la belle étoile

La pluie ?

Que de petites séquences brèves et innocentes à gauche et à droite, rien de plus.

Juin et juillet parmi les plus agréables de l’histoire et le mois d’août qui ne laisse pas faire.

Vraiment, quel été incroyable ! Il mouille si rarement que tu as le goût de prendre un 6/49 lorsque tu te fais prendre par la pluie.

Voilà plus de deux mois que je n’ai pas ouvert le tiroir des bas et chaussons et je ne m’ennuie pas une seconde.

FAUT LE DIRE

Ça, c’est de l’été comme on les aime. Les jeux aquatiques, les clubs de golf, les pourvoiries fonctionnent à plein régime.

Tout le monde passe de belles vacances et, sauf erreur, on n’a pas encore entendu d’agriculteurs nous dire qu’il n’y a pas assez d’eau pour la luzerne et les champignons à quatre feuilles.

C’est magnifique. Nos touristes visiteurs sont ravis, nos bons Québécois n’ont pas le goût d’aller ailleurs et l’économie se tape sur les cuisses.

Même les baleines à bosse font des shows gratuits sur le fleuve.

Quand les nouvelles sont bonnes, il faut le dire, le vivre et en profiter à plein, mon Lucien. Un beau bec mouillé à la Mère Nature.

EN PASSANT

  • Après réflexion, Jean-Marc Dufresne conclut qu’il vaut mieux se faire voler des données que se faire donner des volées.
  • Il s’aime tellement qu’il se vouvoie.
  • Pourquoi sont-ce les camions qui reculent le plus lentement qui font « beep-beep ».
  • Je paierais cher pour être riche.
  • À Pékin, tu fais 411 et il y a deux semaines d’attente.

À DEMAIN

Demain, il y aura 42 ans qu’Elvis Presley n’est pas mort.