/news/currentevents
Navigation

Un infirmier risque sa carrière pour avoir violé une patiente

Les gestes ont été commis en 2017 à l’île d’Anticosti

<b>Marc Voisine</b><br />
Infirmier
Photo courtoisie Marc Voisine
Infirmier

Coup d'oeil sur cet article

Un infirmier risque la révocation permanente de son permis pour avoir violé une patiente alors qu’il l’auscultait.

Les faits reprochés remontent au mois de février 2017 lorsque Marc Voisine travaillait en tant qu’infirmier au dispensaire de Port-Menier, à l’île d’Anticosti.

Selon la preuve déposée devant le Conseil de discipline de l’Ordre des infirmières et infirmiers, M. Voisine a posé des gestes « abusifs à caractère sexuel » avant d’avoir eu « une relation de nature sexuelle », lors de deux consultations avec une même patiente.

« Je suis un Voisine et j’ai de l’argent »

M. Voisine a par la suite tenté de convaincre la présumée victime de garder le silence, en utilisant la notoriété de sa famille. « Tu fermes ta gueule, moi, je suis un Voisine et j’ai de l’argent », a-t-il affirmé.

Il s’agit en effet du frère du chanteur Roch Voisine. Une information qui a été confirmée par un membre de la famille immédiate de l’artiste. La famille n’a pas souhaité commenter l’affaire, hier.

Selon les faits rapportés devant le Conseil, la patiente s’est premièrement rendue au dispensaire pour des problèmes respiratoires, puis pour des ennuis d’ordre gynécologique.

Lors de la première consultation, l’infirmier a d’abord pris la température rectale de la patiente, « justifiant qu’elle arrivait de dehors », peut-on lire.

Il a ensuite relevé son chandail et détaché son soutien-gorge pour écouter ses poumons, avant de « tâter ses seins », est-il indiqué.

La femme a ensuite été violée par M. Voisine quelques jours plus tard. Prétextant vouloir l’ausculter, l’infirmier a coincé ses pieds dans les étriers sur la table d’examen, avant de la « pénétrer pendant environ cinq minutes », peut-on lire.

Sanction sévère demandée

Marc Voisine s’expose désormais à une révocation permanente de son permis, ce qui l’empêcherait de recommencer à exercer la profession d’infirmier. À l’heure actuelle, il n’est pas inscrit au tableau de l’Ordre et, ainsi, ne pratique pas.

La sanction sera connue d’ici le début du mois de septembre, a indiqué le Conseil de discipline de l’Ordre des infirmières et infirmiers hier, lors d’une audience à Québec.

Plainte à la police

Une plainte a aussi été faite à la Sûreté du Québec.

Le dossier est actuellement devant le Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui décidera si des accusations criminelles seront portées ou non contre M. Voisine.