/entertainment/tv
Navigation

2020: Radio-Canada proposera «L’effet secondaire»

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL – Radio-Canada prépare une grande offensive multiplateforme pour accompagner le lancement de la série jeunesse L’effet secondaire, en janvier 2020. Disponible intégralement sur Tou.tv Extra et diffusée à la télévision le vendredi à 17h, la fiction aura également des extensions sur YouTube, Instagram et Tik Tok.

Version québécoise du format hollandais Brugklas (The First Years en anglais), L’effet secondaire est actuellement en tournage au Collège Notre-Dame-de-Lourdes (rebaptisé dans l’histoire «l’École Réjean-Ducharme»), à Longueuil, jusqu’à la fin de la semaine prochaine. C’est là qu’étaient invités les médias, vendredi matin, pour le dévoilement du projet et une visite de plateau par la même occasion.

En fait, les enregistrements seront bouclés avant la rentrée scolaire, afin de permettre aux jeunes têtes d’affiche – Emi Chicoine (Plan B), Édouard Tremblay-Grenier (Les démons, Les affamés), Kaly Roy, Nicolas Germain-Vien, Axelle Michaud, Dounia Ouirzane et Amédamine Ouerghi, dont plusieurs fréquentent justement Notre-Dame-de-Lourdes dans la vie – de reprendre, eux aussi, le chemin des classes, et de libérer les locaux.

Quelques adultes, dont la comédienne Anie Pascale, entourent ces acteurs débutants, lesquels deviendront peut-être des vedettes grâce à cette initiative tentaculaire qui, espère-t-on, résonnera fort chez les 14-17 ans.

Faux docu-réalité

À l’instar des Watatatow et, plus récemment, L’Académie qui l’ont précédée, L’effet secondaire traitera du quotidien des élèves du secondaire, de leurs grandes joies et petites misères: amour, amitié, famille, intimidation, initiation à la sexualité, etc.

Or, les intrigues prendront des allures de faux docu-réalité. Basées sur un scénario écrit, les scènes de L’effet secondaire sont filmées avec caméra à l’épaule par l’équipe des réalisateurs Jean-Sébastien Lord (qui signe également la relecture québécoise des textes, avec Anita Rowan et Joëlle Bond) et Guillaume Lonergan. On aura donc l’impression de suivre de «vrais» adolescents dans leur «vraie» vie, même si tous les situations et dialogues seront scriptés.

Dans les pays scandinaves, Brugklas génère un engouement monstre chez son public cible: part de marché de 30% chez les 10-15 ans et les 6-12 ans, et 231 000 abonnés sur Instagram aux Pays-Bas, instigatrice de 26 millions de branchements en télévision sur demande (streaming) en Suède, et des adaptations ont été créées au Danemark, en Suède, au Royaume-Uni, en Pologne et en Belgique.

La maison de production Zone 3 a pris connaissance du concept de Brugklas lors d’une édition d’une MIPTV, grande foire mondiale de l’industrie de la télévision et a eu l’idée de l’importer au Québec. La préproduction s’est enclenchée en un temps record, aux environs de Noël 2018.

La série L’effet secondaire sera mise en ligne intégralement sur Tou.tv Extra en janvier 2020 et diffusée hebdomadairement à la télévision de Radio-Canada le vendredi à 17h, au même moment, et rediffusée dans le bloc jeunesse du samedi matin. La première saison comptera 13 épisodes de 22 minutes, et une deuxième saison est déjà en développement.