/sports/racing
Navigation

À 25 tours d’un coup d’éclat

Lessard a vu son brillant parcours ruiné par un adversaire trop téméraire

Malgré une fin de course décevante à Bristol, Raphaël Lessard n’a pas perdu le sourire à sa sortie de voiture (no 46).
Photo courtoisie, Écurie Kyle Busch Motorsport Malgré une fin de course décevante à Bristol, Raphaël Lessard n’a pas perdu le sourire à sa sortie de voiture (no 46).

Coup d'oeil sur cet article

​BRISTOL, Tennessee | Victime innocente d’un rival sans scrupule, Raphaël Lessard aurait certes mérité un meilleur sort jeudi soir, à Bristol, à bord de sa camionnette préparée par la réputée écurie de Kyle Bush.

Malheureux 12e à l’arrivée, le jeune pilote de Saint-Joseph-de-Beauce n’a pas hésité à se diriger vers Ross Chastain pour lui dire sa façon de penser à sa sortie de voiture. La scène a été captée par une caméra du réseau Fox Sports qui diffusait la course en direct.

L’Américain a ruiné son parcours alors qu’il restait à peine 25 des 200 tours à parcourir.

Pour la victoire

Après s’être élancé en 16e place sur la grille de départ, Lessard a entamé une brillante remontée qui allait le mener jusqu’au quatrième rang. Mais c’était avant de rencontrer Chastain sur son passage.

« Plus la piste se réchauffait, plus la camionnette était performante, a raconté le pilote de 18 ans en entrevue au Journal de Montréal. Je prenais mon temps en sachant que j’étais confiant de remonter le peloton. Honnêtement, un top 3 était possible. Encore mieux, je pense que j’aurais pu me battre pour la victoire. »

Installé au quatrième rang, Lessard a perdu une position lors d’une relance tardive au 155e tour.

Menaçant derrière lui en sixième place, Chastain, qui n’a jamais fait dans la dentelle, décide alors de passer aux actes une vingtaine de tours plus tard.

Raphaël Lessard
Photo courtoisie, Écurie Kyle Busch Motorsport
Raphaël Lessard

Trois courses en trois jours

« À la sortie du virage deux, a souligné Lessard, je me suis pointé à l’intérieur de la camionnette de Chandler Smith (qui ralliera l’arrivée au second rang). Je m’apprêtais à le doubler quand Chastain a trouvé le moyen de se faufiler encore plus bas pour venir me frapper au virage suivant. »

« Il ne m’a donné aucune chance. Si je l’évitais, c’est Smith qui aurait écopé... »

Dès lors, la camionnette de Lessard est partie en dérapage.

Après un arrêt aux puits pour changer ses pneus, il s’est retrouvé au 19e rang. Le mal était fait.

« C’est un gars expérimenté qui fait trois courses en trois jours à Bristol et moi qui en fais huit au cours d’une année, a enchaîné Lessard. Il avait juste à patienter un tour de plus pour tenter une manœuvre. Au moment où c’est arrivé, j’étais convaincu que mon rythme était suffisamment bon pour me rapprocher des meneurs. »

Lessard est venu bien près d’un coup d’éclat. Et on exagère à peine.

Les esprits s’échauffent

Le circuit de Bristol est propice aux poussettes et règlements de comptes. Dès que le drapeau à damier a été agité après la course des camionnettes, les chefs d’équipe de Lessard et de Chastain se sont affrontés dans les puits de ravitaillement. Des membres des deux écuries concernées et des officiels de NASCAR sont intervenus avant que la situation ne dégénère.


► Accompagné de ses parents François et Chantal, Lessard a pris la direction de sa Beauce natale (une randonnée en voiture de plus d’une quinzaine d’heures) vendredi matin en prévision de sa participation au traditionnel « Bacon Bowl » qui aura lieu samedi soir à l’Autodrome Chaudière de Vallée-Jonction.