/sports/hockey
Navigation

Jacob Melanson prêt à faire sa marque dans la LHJMQ

Le choix de première ronde veut donner raison à Patrick Roy d’avoir misé sur lui

L’entraîneur associé Martin Laperrière (debout à gauche) a dirigé les groupes du matin sur la glace en compagnie de l’adjoint Benoît Desrosiers. Les premiers joueurs retranchés seront connus samedi.
Photo Roby St-Gelais L’entraîneur associé Martin Laperrière (debout à gauche) a dirigé les groupes du matin sur la glace en compagnie de l’adjoint Benoît Desrosiers. Les premiers joueurs retranchés seront connus samedi.

Coup d'oeil sur cet article

L’histoire d’amour entre Jacob Melanson et les Remparts de Québec a débuté bien avant le repêchage du 8 juin dernier au Centre Vidéotron. Désiré par Patrick Roy et ses acolytes, Melanson a enfilé l’uniforme sanctifié en première ronde après une importante transaction. Après des semaines de préparation, il s’affaire depuis le début de la semaine à s’assurer que le coup de foudre se prolonge.

Rappel des faits : après avoir sélectionné l’attaquant format géant Nathan Gaucher au huitième rang, l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts avait cédé quatre choix au Drakkar de Baie-Comeau pour mettre la main sur la 15e sélection au total qui lui a permis de s’assurer les services du Néo-Écossais.

« Nous nous sommes parlé un peu avant le repêchage. J’avais entendu qu’ils étaient intéressés à moi et qu’ils voulaient bouger. Quand j’ai entendu la transaction, après quoi ils m’ont choisi, j’étais un peu sous le choc parce que tu attends après cette journée toute ta vie », a rappelé Melanson, un ailier droit de 5 pi 11 po, en marge de la troisième journée du camp d’entraînement au Pavillon de la Jeunesse.

Un peu de pression

Le parcours de Melanson avec le club junior majeur de la Vieille Capitale sera toujours lié à cet échange, et le principal intéressé en est bien conscient. N’empêche néanmoins que le natif d’Amherst entend demeurer lui-même avec sa nouvelle équipe.

« C’est sûr qu’il y a de la pression en étant un choix de première ronde. Il y a des attentes par rapport à ce que je peux apporter à l’équipe, mais je n’ai qu’à travailler fort à chaque présence et les bonnes choses arriveront », a dit le patineur de 16 ans, qui dit avoir peaufiné son coup de patin et son tir dans les dernières semaines.

« En rejoignant la LHJMQ, tu dois avoir de la vitesse et un bon lancer. Je veux montrer que je suis un joueur qui travaille constamment, qui est physique et qui envoie la rondelle au filet. »

Auteur de 20 buts et 41 points en 32 rencontres au niveau midget AAA, Melanson s’est trempé ensuite l’orteil dans les rangs junior A en fin de saison, participant aux séries et au tournoi de la Coupe Fred Page. L’expérience acquise avec les Ramblers de son patelin lui a été bénéfique en prévision de ses débuts dans la LHJMQ, estime-t-il.

« Ça a été une excellente expérience de jouer avec des gars plus vieux, ça m’a permis de voir ce qui m’attendait pour le junior. Ça m’a vraiment aidé. »

Raffone en réflexion

Choix de deuxième ronde au repêchage américain, l’attaquant Casey Raffone a entrouvert la porte à poursuivre son développement au nord de la frontière si les Remparts manifestent leur intérêt.

« J’ai grandi en voulant jouer dans la NCAA, mais plus récemment, soit depuis que j’ai été repêché, je songe aussi au junior majeur. Il y a une chance que je joue ici, on verra comment les choses se dérouleront », a confié celui qui prévoyait retourner chez lui au Connecticut pour réfléchir afin de respecter le règlement des 48 heures.

 

Teleguine fera connaître ses intentions samedi

Les Remparts seront fixés au cours des prochaines heures dans le dossier de l’attaquant américain Alexander Teleguine, qui s’est une fois de plus illustré vendredi soir lors du deuxième match intra-équipe du camp. Le clan du patineur du Massachusetts devra décider samedi s’il tourne le dos ou non à son engagement avec l’Université Northeastern dans la NCAA pour respecter le règlement d’admissibilité de 48 heures. C’est la deuxième année que le joueur de 17 ans se pointe au camp des Diables rouges. Si Patrick Roy avait été impressionné l’an passé, il l’est encore plus depuis jeudi matin.

« Je rencontre son père demain matin [samedi], en principe. Premièrement, il faut que le jeune veuille venir. En partant, il n’y a pas de secret là. On va jaser et on verra », a simplement dit le grand patron des opérations hockey des Remparts.

De son côté, James Malatesta, qui s’est présenté au camp en dépit de ses intentions claires de poursuivre sa carrière en sol américain, devrait rentrer chez lui. Vendredi soir, malgré ses 16 ans, le produit des Lions du Lac-Saint-Jean ressemblait davantage à un vétéran qu’à une recrue tellement il semblait à l’aise sur la patinoire aux côtés de Félix Bibeau en attaque. « Ça fait rêver un peu », admettait Roy sur celui qu’il a choisi en septième ronde en juin dernier.

Les défenseurs impressionnent

Roy a été particulièrement élogieux envers sa brigade défensive à l’issue de la rencontre dans laquelle les hockeyeurs de 19 et 20 ans cassaient la glace. « Les défenseurs ont été très bons. J’ai aimé la relance du jeu de [Nicolas] Savoie et de [Darien] Kielb. J’ai aimé voir [Dylan] Schives se porter à l’attaque et j’ai aimé les prises de décision de [Romain] Rodzinski. Et les jeunes ont continué à bien faire.

» À 6 pi 2 po, la recrue Olivier Archambault semble en voie de brouiller les cartes à cette position. Choix de sixième ronde au dernier encan, le longiligne arrière s’alignait avec Newbridge Academy en Nouvelle-Écosse la saison passée.

« C’est le fun de voir la profondeur qu’on a en défense. Je regarde un gars comme Archambault, il a un bon gabarit et il bouge bien. Je suis content de ses performances », a noté le Diable en chef. Les premières coupes surviendront samedi.