/sports/soccer/impact
Navigation

Une grosse motivation

La victoire à Calgary a fait du bien à l’équipe

Anthony Jackson-Hamel, félicité par Rudy Camacho et Saphir Taïder, a marqué l’unique but du match mercredi à Calgary. Le Québécois ne devrait cependant pas entamer le match contre Dallas samedi soir à 19 h 30.
Photo d’Archives, Evan Buhler Anthony Jackson-Hamel, félicité par Rudy Camacho et Saphir Taïder, a marqué l’unique but du match mercredi à Calgary. Le Québécois ne devrait cependant pas entamer le match contre Dallas samedi soir à 19 h 30.

Coup d'oeil sur cet article

Même si l’Impact a perdu six de ses sept derniers matchs en MLS, les joueurs espèrent que la victoire à Calgary mercredi, leur assurant une place en finale du Championnat canadien, les aura inspirés en vue du match de samedi soir face au FC Dallas.

« On a gagné un match qui nous permet de nous rendre en finale de coupe, ça nous donne une bonne dose d’énergie », a insisté le défenseur Jukka Raitala vendredi après-midi, ce qui est rassurant.

L’Impact occupe le septième et dernier rang donnant accès aux séries dans l’Association de l’Est avec 33 points, sur un pied d’égalité avec le Toronto FC (8e) et l’Orlando City SC (9e). Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre (6e) est tout juste devant avec un point de plus.

Tout ce beau monde sera en action samedi soir au Stade Saputo, alors pas besoin de dire que le Bleu-blanc-noir n’a pas le droit au moindre faux pas, même s’il y a de la fatigue accumulée puisqu’il s’agira d’un cinquième match en 15 jours.

Incompréhensible

L’épuisement est d’autant plus grand que les membres de l’Impact ont joué mercredi en Alberta avec deux heures de décalage et qu’ils sont rentrés sur le vol de nuit.

« Ce n’est pas facile avec tous ces voyages. Je ne comprends pas encore pourquoi on joue demain [samedi soir], je ne comprendrai jamais, a dit le milieu Saphir Taïder.

« On aura eu un jour de repos après avoir voyagé toute la nuit. J’espère qu’on ne le ressentira pas sur le terrain. »

Au moins, les deux équipes sont sur le même pied d’égalité puisque Dallas a joué à Los Angeles mercredi avant de se diriger vers le Québec.

L’entraîneur Rémi Garde aurait bien aimé que le match soit à tout le moins déplacé à dimanche, ce qui aurait profité aux deux clubs, mais il n’a pas insisté.

« J’ai compris qu’ici, comme dans tous les pays, la télévision impose un certain nombre de choses.

« Mais dans cette réflexion, il faut aussi que les diffuseurs se rendent compte que le produit qu’ils diffusent, ils veulent en principe qu’il soit bon et ne peuvent pas demander l’impossible aux joueurs. »

Selon Garde, les rigueurs du calendrier expliquent en partie le niveau technique qui est parfois défaillant.

« Pour moi, c’est une aberration, une absurdité que ce match n’ait pas été déplacé au dimanche. Si on déplore la qualité des matchs, il y a des explications. »

Même situation

En Dallas, l’Impact retrouve une équipe qui est dans la même situation et qui se bat pour sa survie.

Les Texans occupent actuellement le huitième rang dans l’Ouest avec 36 points, un de moins que les Timbers de Portland.

« C’est aussi un gros match pour Dallas, mais nous sommes à la maison, alors nous devons absolument gagner », a insisté Raitala.

Garde a lui aussi mis l’accent sur l’importance de profiter de l’avantage de jouer au Stade Saputo.

« Mais on évolue à domicile et on a des repères. On devra élever notre niveau de jeu et ne pas perdre le ballon trop rapidement pour ne pas trop courir après. »

Similitudes

L’entraîneur a noté des similitudes entre Dallas et sa formation.

« C’est une équipe difficile à manœuvrer qui fait un peu le même parcours que nous, qui gagne, qui perd, qui gagne, qui perd.

« C’est une équipe qui joue très bien au foot. Ses joueurs sont bien organisés pour défendre et ils prennent peu de buts à l’extérieur. »

On pourrait ajouter que c’est un club qui obtient beaucoup de coups de pied de coin. Dallas en a eu 140 cette saison, bon pour le sixième échelon de la MLS à ce chapitre.

Quand on sait que l’Impact a accordé six buts en neuf occasions sur des phases arrêtées au Colorado et à Chicago, il y a de quoi s’inquiéter.

 

Blessures : Piatti et Piette encore absents

À peine revenu, Ignacio Piatti doit à nouveau s’absenter en raison d’une blessure à l’adducteur et son retour est prévu dans environ un mois.

« J’espère qu’il sera de retour pour la finale de la Coupe du Canada », a précisé Garde au sujet de la finale qui s’amorcera le 18 septembre contre Toronto.

« Pour Samuel Piette, ça sera un peu moins long et j’espère qu’il aura pu s’entraîner avant le match contre D.C. [31 août]. Les traces de sang sont sur l’ischio, mais c’est bien l’adducteur qui a souffert. »

 

Nouveau venu : La patience s’impose avec Krkic

On a vu Bojan Krkic pendant près d’une demi-heure contre le Fire de Chicago, samedi dernier, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il soit partant immédiatement.

« Je pense que Bojan va revenir petit à petit, a avancé Saphir Taïder. Il ne s’est pas spécialement entraîné parce qu’on avait beaucoup de déplacements, mais le fait d’être avec le groupe lui a fait du bien.

« On l’attend avec les bras ouverts et on espère qu’il pourra contribuer à nos futurs succès. »