/opinion/blogs/columnists
Navigation

À propos de la haine antiquébécoise

Notre existence est contestée

Bloc Québec drapeau
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, j’ai accordé un entretien à The Gazette. Sans m’être sympathique ou favorable, l’article était honnête, ce qui est évidemment le plus qu’un indépendantiste québécois peut espérer dans les pages d’un journal qui verse souvent dans l’antinationalisme histrionique. On sentait toute la perplexité du journaliste devant un intellectuel qu’il refusait de diaboliser même s’il n’avait manifestement aucune sympathie à son endroit. Ce n’est jamais simple de rendre justice à ceux dont les idées nous sont clairement étrangères.  

J’ajoute que cela faisait changement par rapport à mes derniers contacts avec la presse anglophone. Je pense à cette chroniqueuse qui en voulait à un homme politique d’avoir lu mon dernier livre tout en précisant elle-même ne pas l’avoir lu. C’est quand même un peu crétin, non? Ou de cette recension de mon ouvrage par un journaliste de la CBC qui en a tellement déformé la thèse et les idées que je ne le reconnaissais tout simplement plus*. Alors devant cela, le texte de la Gazette n’était pas désagréable à lire. Je tenais à le dire.  

Mais il suffisait d’aller sur Twitter pour renouer avec la normale, comme le disent les météorologues. Je comprends que les nationalistes québécois n’aient pas bonne réputation auprès de la communauté anglophone. Il est normal d’avoir les sentiments de ses intérêts et les anglophones du Québec ont toujours redouté de devenir minoritaires dans un pays francophone, même si les indépendantistes ont toujours assuré le respect de leurs droits. Je n’accepte pas qu’on vomisse les nationalistes québécois et qu’on décrète leur nécessaire expulsion symbolique de la conversation démocratique, comme si leur position était moralement abjecte.  

C’est malheureusement la haine anti-québécoise qui s’est exprimée sur Twitter. Ce qui est amusant avec ceux qui se réclament de la tolérance universelle, c’est qu’ils sont incapables de percevoir leur propre haine. Il faut pourtant les voir aller: ils ne se retiennent pas, ils vomissent, ils insultent. C’est à celui qui déshumanisera le plus celui qui est désigné comme ennemi public. Cette culture lyncheuse est intimement liée aux réseaux sociaux, qui transforment moins les hommes en peuple qu’en meute aboyeuse.   

En ligne, les accusations les plus grossières, les plus débiles, les plus odieuses, étaient présentes. Mais la plus étonnante est celle-ci: certains, sans gêne, ont cru bon de m’étiqueter «nationaliste blanc»! Bien franchement, on aurait envie de répondre avec une formule consacrée: de kessé? Je soupçonne ceux qui la reprennent à leur compte de ne plus parvenir à réfléchir dans les catégories historiques de la culture politique québécoise et d’utiliser des insultes faisant écho au langage politique hégémonique aux États-Unis.  

Je ne me crois pas à l’abri de la critique. Je veux bien qu’on me reproche d’être trop pessimiste quant à l’avenir de la langue française ou quant à nos capacités d’intégration, je veux bien aussi qu’on contredise l’analyse que je propose de l’idéologie multiculturaliste. Je veux bien qu’on me reproche d’être un nationaliste irréaliste, trop attaché à l’idée d’indépendance, ou de teinter exagérément mon conservatisme de nostalgie. Je peux même imaginer qu’on me reproche une critique trop sévère de Mai 68. Je saurais quoi répondre à de telles critiques (et à bien d’autres) mais à tout le moins, elles me sembleraient intelligibles.  

Mais il faut comprendre: accuser un nationaliste québécois de suprémacisme blanc, c’est la nouvelle manière de l’accuser de racisme, de le diaboliser et de l’exclure du champ de la légitimité politique et médiatique. Il suffit qu’un nationaliste québécois s’affirme sans donner des gages de soumission idéologique à l’idéologie multiculturaliste pour être considéré comme un paria, un coquin, un infréquentable, un homme de mauvaise réputation. Pour le dire avec les mots d’un homme célèbre, «pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font». Je ne peux m’empêcher d’y voir une confirmation de la thèse que je développe dans mon dernier ouvrage.  

Il n’y a rien de neuf sous le soleil. René Lévesque , Camille Laurin , Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et bien d’autres ont subi de semblables accusations d’une manière ou d’une autre. Ils ont même connu l’accusation de nazisme, qui est la plus odieuse qu’on puisse imaginer. Sous prétexte de dénoncer les excès supposés du nationalisme québécois, c’est l’existence même de la nation québécoise qui était attaquée, et qu’on souhaitait écraser symboliquement à travers les pires amalgames.   

Ceux qui s'imaginent que les nationalistes québécois sont accusés de «nationalisme ethnique» et d'autres sottises semblables seulement depuis le retour à l'identitaire engagée suite à la crise des accommodements raisonnables témoignent d'une fâcheuse inculture historique. René Lévesque était mille fois plus «identitaire» que les souverainistes d'aujourd'hui. Mais le système médiatique a fabriqué depuis quelques années un René Lévesque aseptisé, quasi-trudeauiste, pour mieux accuser ses successeurs de dérive conservatrice. L'ignorance pave souvent le chemin de la bêtise.  

J’ai eu l’occasion, dans le cadre de cet entretien, d’exposer au journaliste de la Gazette la distinction fondamentale qui me semble essentielle entre la race et la culture – ces deux concepts, en fait, sont opposés fondamentalement. Il n’a pas cru devoir l’intégrer au texte donc je la reprends ici. Alors que la race est étanche et close, la culture est dense et ouverte. On ne peut rejoindre une race. Mais on peut adhérer à une culture, en en apprenant les codes, en s’appropriant ses repères et ses rites. Et en s’y fondant, on peut la transformer ou y apporter une dimension nouvelle.   

La culture québécoise, enracinée dans l’expérience historique de la majorité historique francophone, s’est ainsi enrichie de l’apport de gens venus de partout et qui en sont venus, par choix, par hasard ou par nécessité, à l’embrasser. Celui qui assimile la défense d’une culture à la défense d’une race commet un crime contre l’esprit. Et celui qui assimile le nationalisme québécois au racisme ou à la xénophobie cherche en fait à le disqualifier moralement, pour le désarmer politiquement et le neutraliser psychologiquement.  

Le racisme est abject. La démocratie contemporaine est fondée sur sa condamnation absolue**. L’idée même de trier et de hiérarchiser les êtres humains selon la couleur de leur peau est aussi régressive qu’atroce. Il faut le combattre sans nuance lorsqu’il surgit. Mais c’est justement parce que le racisme est odieux qu’on ne saurait utiliser ce terme à la légère comme le font malheureusement les pseudo-antiracistes qui osent ainsi assimiler la critique du multiculturalisme ou la défense de la laïcité au racisme ou à quelque chose s’en rapprochant.  

Il y a quelque chose de contradictoire dans les termes à accuser le nationalisme québécois de racisme alors qu’avec la loi 101, ils se sont donnés pour objectif d’intégrer à la nation des gens d’origines diverses. À moins que le fait de prendre la majorité historique francophone pour socle identitaire du Québec relève du racisme. À moins de croire que le patriotisme constitutionnel habermassien, qui entend réduire la nation au droit, soit le seul modèle légitime pour définir la communauté politique. Si tel est le cas, il faut le dire. Au moins, nous parlerons clairement.  

Cela confirme, et je m’en désole, une analyse que j’ai souvent eu l’occasion d’exposer: il suffit que les Québécois rappellent qu’ils se perçoivent comme une nation pour se faire accuser au Canada anglais de suprémacisme ethnique. Trop souvent, notre existence comme peuple est non seulement contestée, mais violemment rejetée. Elle a même quelque chose de scandaleuse. Une bonne partie du Canada anglais entretient une relation néocoloniale avec le peuple québécois et laisse entendre que ce dernier, sans le cadre civilisateur du fédéralisme, persécuterait ses minorités. Cette conviction est même fondatrice de l’ordre constitutionnel de 1982.  

C’est le drame du Québec: il apparaît d’abord dans le monde anglophone à travers le portrait déformant qu’en font ceux qui croient leur survie compromise par son affirmation nationale. Le régime canadien ne veut voir dans notre combat national qu’un survivalisme ethnique régressif, et parvient à imposer cette analyse dans le monde anglophone.    

Il faut dire que du point de vue de l’empire de notre temps, les petites nations sont toujours illégitimes et leur combat pour persévérer dans leur être est assimilé à une forme de résistance à la modernité, qui pousserait au repli sur soi. Elles doivent sans cesse justifier leur existence. En Amérique du nord, la volonté de vivre en français passe pour un refus de l’universel et une fermeture bornée au monde. Plutôt qu’une manifestation admirable de la diversité du genre humain, on veut y voir un résidu identitaire qu’il faudra bien un jour liquider, et cela, de préférence, en le neutralisant politiquement.   

Quoi qu’il en soit, les Québécois doivent continuer de se penser dans leurs propres catégories sans chercher l’approbation de ceux qui considèrent qu’ils sont un peuple de trop, sans vouloir plaire non plus à ceux qui considèrent que leur existence comme nation est une offense faite au cosmopolitisme et à la modernité. Cela leur vaudra des insultes et de nombreuses polémiques alimentées par des adversaires qui au mieux ne les comprennent pas, et au pire les conspuent. C’est ainsi depuis 250 ans. Cela ne nous empêchera pas, un jour, de devenir un pays indépendant.  

---  

*Cela n’a pas empêché plusieurs journalistes de la presse canadienne-anglaise de le relayer avec un zèle inquiétant, alors que je suis prêt à parier que l’immense majorité d’entre eux n’avaient pas lu le livre.  

**Paradoxalement, on assiste aujourd’hui à une renaissance du racialisme à gauche de la gauche, où on cherche à faire de la race une catégorie centrale de l’analyse sociale. Mais puisque ce néo-racialisme se présente comme un progressisme, il bénéficie d’une étonnante complaisance médiatique. J’ai critiqué très sévèrement cette racialisation des rapports sociaux dans un chapitre de mon livre L’empire du politiquement correct.