/opinion/blogs
Navigation

Aérodrome de Saint-Roch-de-l’Achigan : un enjeu national

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Coup d'oeil sur cet article

Dans un référendum, les citoyens de Saint-Roch-de-l’Achigan se sont prononcés à 96 % contre un projet d’aérodrome qu’Ottawa compte approuver dans leur communauté. Cette volonté très clairement exprimée de la population n’a toutefois pas encore été suffisante pour que le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, mette fin au projet. Le Bloc Québécois invite toute la population à suivre de près ce qui se passe à Saint-Roch-de-l’Achigan et à dire, comme 96 % des Achiganois, que non, c’est non!

Nous avons le devoir de participer au combat que mènent vaillamment la Coalition SRA, l’Union des producteurs agricoles et la population achiganoise parce qu’il ne s’agit pas d’un événement isolé. Ottawa utilise constamment ses pouvoirs pour contourner les lois du Québec et les règlements municipaux afin d’imposer des projets à des populations locales qui n’en veulentpas. L’aérodrome de Saint-Roch-de-l’Achigan, Ottawa a d’abord tenté de l’imposer à Mascouche. La mobilisation locale a réussi à faire reculer le fédéral, ce qui ne fut toutefois pas lecas lorsqu’Ottawa a imposé des aéroports contre la volonté de la population à Neuville, à Saint-Cuthbert ou—comment l’oublier – À Mirabel.

Alors qu’il était à l’opposition, en 2013, Justin Trudeau avait pourtant fustigé le gouvernementde Stephen Harper lorsqu’il avait imposé l’aéroport de Neuville. Il a déclaré qu’ «il va falloir qu’on ait un gouvernement qui respecte plus les préoccupations des gens sur le terrain ». Avec 96 % de citoyens opposés à l’aérodrome, nous pensons que «les préoccupations des gens sur le terrain» sont assez manifestes!

C’est un lourd fardeau que portent tous les acteurs locaux qui doivent se battre contre la machine fédérale. Le Bloc a voulu alléger ce fardeau en proposant un projet de loi obligeant Ottawa à respecter les lois québécoises et schémas d’aménagement lorsqu’il intervient au Québec. Les libéraux et les conservateurs ont voté contre.

C’est pourquoi nous devons appuyer les gens de Saint-Roch-de-l’Achigan dans leur combat pour le respect de la démocratie et de l’intérêt public. Ce qui se passe dans cette municipalité est appelé à se reproduire ailleurs si nous ne faisons pas la démonstration que sans acceptabilité sociale, les projets fédéraux ne passent pas au Québec. Nous devons être solidaires et exiger que le ministre Garneau mette fin au projet d’aérodrome, et ce, immédiatement. Ce dossier ne saurait traîner jusqu’au lendemain des élections.

Yves-François Blanchet
Chef du Bloc québécois

Luc Thériault
Député de Montcalm