/weekend
Navigation

Les frasques de Marilyn Manson

SPE-HEAVY-MONTREAL
Photo Agence QMI, Joël Lemay Marilyn Manson en prestation sur la scène Heavy dans le cadre du Festival Heavy Montréal en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Dans les années 1990, pas une vedette rock n’a soulevé plus de controverses que lui. Le clergé, les parents, les politiciens le détestaient et l’accusaient de tous les maux. Autrefois maître dans l’art de la provocation, Marilyn Manson ne dérange plus autant. S’est-il assagi pour autant ? Pas vraiment, comme en fait foi cette compilation forcément non exhaustive des frasques récentes du sulfureux diablotin attendu au Centre Vidéotron de Québec, ce soir.

Le concert annulé

Les admirateurs de Marilyn ­Manson n’ont pas gardé un souvenir impérissable de sa dernière visite à Québec, en 2016. Ou plutôt, ils n’ont même pas pu se créer des souvenirs puisque le chanteur, se disant malade, a annulé sa performance à quelques minutes d’avis, soulevant la colère des spectateurs. Il a refait le même coup, en évoquant la même excuse, en juillet 2018, à Toronto.

H1N1

Toujours au Québec, mais cette fois à Montréal, en 2009, Manson a prétendu pendant un concert qu’il était atteint de la grippe porcine (le virus H1N1). Ça ne l’a pourtant pas empêché de se moucher et de cracher sur la foule. À ce jour, on ne sait toujours pas s’il disait vrai, mais on n’a rapporté aucune épidémie de grippe chez ses fans.

À toi, à moi

Il y a quelques années, Marilyn Manson a trouvé le moyen de faire comprendre à ses fans de Toronto qu’il n’avait pas envie d’être la cible de projectiles. Quand une bouteille a atterri à ses pieds, il a demandé à l’auteur du geste de monter sur scène. Il lui a alors lancé ladite bouteille en pleine figure avant de lui intimer l’ordre de foutre le camp. À bon entendeur !

Marilyn Manson au Métropolis en 2013.
Photo d'archives, Jocelyn Malette
Marilyn Manson au Métropolis en 2013.

Les testicules du journaliste

Rien n’arrête Marilyn Manson. À preuve, un journaliste du Guardian, au Royaume-Uni, raconte, dans une entrevue publiée en 2017, que pour étayer une réponse à une de ses questions, le chanteur s’est penché vers lui et lui a asséné quelques pichenettes sur les testicules. Par chance, les journalistes qui couvriront son concert ce soir seront assis très loin de la scène, et des doigts du chanteur.

La fausse arme

Pointer une fausse arme semi-automatique et faire mine de tirer sur la foule ? L’idée est discutable. Encore plus quand ce coup de théâtre au goût douteux est exécuté à San Bernardino (site d’une fusillade qui a fait 14 morts en décembre 2015), un mois après le drame de Las Vegas (58 morts quand un tireur a ouvert le feu sur la foule lors d’un festival de musique, en 2017). Marilyn Manson avait pourtant déjà été lié à tort au massacre de Columbine, accusé d’avoir influencé les auteurs de cette tuerie survenue en 1999. « Columbine a détruit ma carrière », a-t-il déjà déclaré.

Hommage dérangeant à Paris Jackson

La fille de Michael Jackson a tenté de mettre fin à ses jours en se tailladant les poignets, en 2013, parce que sa famille lui aurait interdit d’assister à un concert de Marilyn Manson. Pour lui rendre hommage en concert, Manson lui a dédié la chanson Disposable Teens (Ados jetables) et a fait mine de s’ouvrir les poignets avec un faux couteau.


► La tournée Hell Never Dies, qui met en vedette Marilyn Manson et Rob Zombie, s’arrête ce soir au Centre Vidéotron de Québec.