/sports/hockey/canadien
Navigation

Nick Suzuki continue d’impressionner

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien de Montréal a-t-il un futur joueur d’élite dans sa banque d’espoirs? C’est ce que croit Joey Hishon, l’entraîneur adjoint de l’Attack d’Owen Sound dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL), qui a Nick Suzuki en haute estime.

Le choix de premier tour, le 17e au total, de l’Avalanche du Colorado en 2010 a récemment confié au site NHL.com être convaincu que Suzuki deviendra un joueur d’impact dans le circuit Bettman.

Reste à voir s’il verra juste. Hishon est également le fondateur de Hishon Skills Corp, une école de hockey ciblant les habiletés des joueurs que fréquente assidûment Suzuki. Les deux hommes se sont aussi côtoyés à l’époque où l’espoir du CH évoluait à Owen Sound dans l’OHL.

«Il est l’un de ces joueurs [...] c’est vraiment difficile à expliquer, a confié Hishon. Je peux lui montrer quelque chose seulement une fois, et il le fera à la perfection par la suite à sa première tentative. Il est définitivement un joueur élite.»

Un joueur spécial

Pour l’ancien de l’Avalanche, Suzuki est dans une classe à part.

«Je crois que ce qui distingue Nick de la plupart des autres joueurs est son sens du hockey. Il est tellement intelligent sur la glace, et tout semble si facile pour lui, même si ce ne l’est pas vraiment, a souligné l’entraîneur. La partie la plus importante de Nick est sa compréhension du jeu.»

Et si certaines personnes ont, ces derniers mois, remis en doute l’efficacité du coup de patin du petit droitier, Hishon n’est pas d’accord.

«Nick est extrêmement habile avec la rondelle. Son coup de patin est trompeur. Parfois, on a l’impression qu’il ne patine pas si vite, mais une fois que tu es sur la glace avec lui, tu te rends compte qu’il est très vite sur ses patins», a-t-il analysé.

«Il parvient toujours à faire de belles passes surélevées dans des zones restreintes. Même lorsque tu regardes la reprise, tu te demandes comment il a fait pour voir ce joueur ou comment il a su que ce joueur s’en venait. Mais il réussit à le faire match après match. Tu te dis qu’il a des yeux tout le tour de la tête», illustre Hishon.

Meilleur qu’O’Reilly?

Lors des dernières séries éliminatoires de l’OHL, Suzuki a démontré toute l’étendue de son talent, récoltant 16 buts et 42 points en 24 matchs.

L’entraîneur-chef des 67's d’Ottawa, André Tourigny, l’avait d’ailleurs comparé au joueur de centre des Blues de St. Louis Ryan O’Reilly. S’il y en a un qui peut commenter cette comparaison en connaissance de cause, c’est bien Hishon, qui a joué avec O’Reilly au Colorado.

Selon l’instructeur adjoint de l’Attack, Suzuki est meilleur qu’O’Reilly au même âge.

«En termes de sens du hockey, je dirais que c’est très similaire. Nick et Ryan sont évidemment très bons offensivement, mais aussi très intelligents défensivement. Ils sont toujours bien placés», a indiqué l’entraîneur.

«La seule différence, c’est que Ryan est très fort physiquement, mais Nick est un meilleur patineur que Ryan à son âge. Si Nick continue à se développer de la sorte, je dirais que Montréal pourra se targuer d’avoir un joueur spécial dans ses rangs», a-t-il poursuivi.

Hishon a terminé sur une phrase qui en fera rêver plusieurs.

«Nick est très fort physiquement et, en termes d’habiletés [...], Nick doit être dans le top 2 ou 3. Il est tout simplement incroyable», a-t-il conclu.