/opinion/columnists
Navigation

Pas le droit de parrainer des immigrants!

Dominic Maurais
Photo d'archives, Simon Clark Dominic Maurais

Coup d'oeil sur cet article

Quand mon ami Dom et sa blonde Christine m’ont raconté cette histoire au restaurant tournant de l’hôtel Concorde sur Grande Allée, je ne les croyais pas.

J’étais sûr qu’ils me niaisaient.

Mais j’ai vu les larmes dans leurs yeux et je me suis rendu compte que c’était bel et bien vrai.

Aberrant, révoltant, mais vrai.

DONNER AU SUIVANT

Dom Maurais est animateur à CHOI Radio X, à Québec, une station où j’ai travaillé avec bonheur et fierté pendant trois ans, et où j’ai rencontré des gars et des filles adorables.

C’est un des piliers de la station.

Dom est une personne sensible. Un père de famille proche de ses enfants, un gars qui a le cœur sur la main.

Qui pourfend la misogynie et l’homophobie des fondamentalistes religieux.

Et qui défend les droits des victimes de prêtres pédophiles, une cause qui lui tient particulièrement à cœur.

Dom et sa Christine, donc, veulent s’impliquer dans leur communauté.

Ils trouvent qu’ils sont choyés par la vie et ils veulent donner au suivant.

Au printemps dernier, ils décident de parrainer une famille d’immigrants.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Leur apprendre à se débrouiller au Québec : l’épicerie, les banques, le système de santé, les écoles, les institutions gouvernementales, comment faire des démarches pour tel et tel dossier, etc.

Alors, ils font une demande en bonne et due forme (papiers, antécédents judiciaires, ainsi de suite), et ils attendent.

REFUSÉ POUR SES OPINIONS !

Soudainement, un appel. Ils sont convoqués à une réunion dans les bureaux de l’organisme où ils ont fait la demande : le Centre multiethnique de Québec.

C’est le grand jour ! Ils vont savoir quels immigrants ils vont parrainer !

Quand ils arrivent, les gens de l’organisme ont la face longue. Tout de suite, Dom et sa blonde sentent que quelque chose ne va pas.

« Après avoir étudié de près votre dossier, les membres de notre C. A. ont décidé de refuser votre candidature.

– Pourquoi ? demande Christine, au bord des larmes.

– Parce que votre mari travaille à Radio X... »

Pas de farce.

Parce que Dom ne penche pas du bon bord. Parce qu’il n’a pas les « bonnes opinions ».

Un peu trop près des conservateurs, j’imagine. Pas assez Justin. Trop à droite économiquement. Chiale trop contre les verts, les fondamentalistes religieux et les syndicats.

Alors, on lui refuse le droit de parrainer des immigrants.

Trop dangereux.

Le père et la belle-mère de la petite martyre de Granby ont pu avoir la garde de leur enfant même s’ils la battaient et la maltraitaient.

Dom, lui, ne peut pas parrainer d’immigrants, car il chiale trop contre Greta Thunberg.

Ben coudonc.

DU PROFILAGE IDÉOLOGIQUE

La blonde de Dom a fondu en larmes. Déçue, humiliée. Elle ne le croyait pas.

Les « protecteurs du bien-être des immigrants », eux, sont restés de glace. Avec leur face longue et leur baboune.

Des immigrants fuient un pays où les citoyens qui ne pensent pas du bon bord sont punis. Pour se retrouver dans un pays où les citoyens qui ne pensent pas du bon bord sont punis.

De dire Dom : « Ils font du profilage idéologique. Il faut que tu fasses partie de la bonne gang pour aider des immigrants... » Dégueulasse.