/news/society
Navigation

Sœur Angèle amasse des fonds pour les jeunes en milieu défavorisé

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Pour une seconde année, sœur Angèle a convié samedi les Montréalais à son Jardin des trouvailles, une vente-bénéfice au profit de sa fondation, qui vient en aide aux jeunes dans le besoin.

Les citoyens étaient invités à se rendre à l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, pour se procurer, entre autres, les fameuses conserves de sœur Angèle.

«On a fait 1000 pots», s’est-elle réjouie.

De nombreux autres objets étaient à vendre: des articles de couture et de tricot, des livres, des disques compacts, de la décoration et bien plus.

«Il y a de l’équipement de cuisine, il y a du linge, il y a des pots, des plantes et même des fleurs», a ajouté sœur Angèle.

Elle était entourée d’une cinquantaine de bénévoles. Cette année, Pierre Bruneau et son épouse, Ginette St-Cyr, ont accepté la présidence d’honneur.

«Je pense que c’est un modèle pour plusieurs d’implication et d’engagement», a d’ailleurs affirmé le chef d’antenne de TVA Nouvelles.

Objectif: 30 000$

Avec cet événement, la charismatique cuisinière espère pouvoir remettre 30 000$ aux jeunes défavorisés de différents quartiers de Montréal par l’intermédiaire de son organisme à but non lucratif.

Chaque année, ce sont de 200 à 300 personnes qui bénéficient du soutien de la Fondation Sœur Angèle, qui travaille en étroite collaboration avec les Fourchettes de l’espoir, un organisme de bienfaisance qui fait la promotion de saines habitudes alimentaires auprès des jeunes de Montréal-Nord.

Sœur Angèle invite notamment d’autres chefs à venir partager leurs connaissances avec les jeunes, car elle croit que la santé passe d’abord et avant tout par une bonne alimentation.

«La cuisine santé, c’est utiliser tout ce qui pousse dans nos jardins. On peut manger de tout, mais avec discrétion», a indiqué la religieuse qui vient de célébrer ses 81 ans, mais qui ne ralentit pas pour autant.

Elle lance d’ailleurs un message aux jeunes qui sont à la recherche d’un emploi.

«On a fermé 60 restaurants au Québec à cause d’un manque d’employés, alors le métier de cuisinier et de laveur de vaisselle, c’est numéro un. Les jeunes, impliquez-vous!», a lancé sœur Angèle.