/opinion/columnists
Navigation

Un curé au bordel

Un curé au bordel
Photo The Canadian Press

Coup d'oeil sur cet article

Les accidents d’avion sont particulièrement meurtriers parce que vous tombez de très haut.

C’est la même chose en matière de moralité.

Quand on se prétend très vertueux, la chute fait encore plus mal.

C’est pour cela que les scandales sexuels au sein de l’Église sont si dévastateurs.

Comédie

Justin Trudeau et son entourage ont travaillé fort pour construire cette image d’un homme hyper vertueux.

Le gars pleure sur commande.

Le gars passe son temps à s’excuser pour toutes les horreurs commises par tous les gouvernements canadiens de l’histoire, sauf celui de son père.

Le gars est le plus pro-LGBTQ2 (je dois en oublier), le plus pro-autochtones, le plus pro-femmes, le plus pro-handicapés, le plus pro-écologie, le plus pro-réfugiés, le plus pro-diversité, le plus pro-tofu.

Le gars coche toutes les bonnes cases de la rectitude bien-pensante et invente de nouvelles cases.

Le gars sermonne la planète entière.

Le gars n’est pas un vieux politicien traditionnel comme Harper ou Chrétien. Ouache !

Et là, on apprend que le gars et son entourage ont, après que Jody Wilson-Raybould leur a dit d’arrêter de faire indûment pression sur elle, persisté et persisté et persisté.

Et quel noble motif cette bande d’hypocrites évoquait ?

Que cela pourrait faire du tort au parti au Québec lors des prochaines élections.

Exactement comme le plus cynique, le plus calculateur des vieux politiciens.

Pire, l’entourage de monsieur La Vertu a essayé de se défendre en noircissant Jody Wilson-Raybould, tentant de la faire passer pour émotive, irréaliste et rigide.

On la salissait faussement pour essayer de se blanchir... faussement.

En matière de cynisme, son père, qui s’y connaissait, aurait été fier de fiston.

Et quand vient le temps de s’exprimer, il dit quoi ?

Il dit qu’il accepte un rapport accablant pour lui... mais qu’il ne s’excusera pas.

Il assume l’entière responsabilité pour tout... mais il ne s’excusera pas.

Expliquez-moi quelqu’un.

Au fond, son seul vrai regret, c’est qu’il s’est fait prendre les culottes à terre.

Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de sexe ou d’enrichissement personnel que ce n’est pas un scandale, un vrai de vrai.

Le premier ministre et ses proches ont tout fait, pour de sordides raisons de politique partisane, pour empêcher la justice de traîner devant les tribunaux une compagnie accusée de corruption.

C’est scandaleux.

Et ce qui est encore plus scandaleux, c’est l’effronterie avec laquelle on a essayé de nous faire croire que ce n’était pas scandaleux.

Et en matière de manquements à l’éthique, le gars est un récidiviste puisqu’il avait déjà été blâmé pour ses vacances dans l’île d’un milliardaire ami de la famille.

Hypocrite

Notre adolescent en chef fait penser à un jeune séminariste qui veut devenir curé.

Il tremble quand il prononce le nom de notre Seigneur et prie avec ferveur.

Mais un quidam le photographie en train de sortir du bordel.

Et Justin court derrière lui en criant : « Non, non, ce n’est pas ce que vous pensez, laissez-moi vous expliquer ! »