/travel/destinations
Navigation

Voyager pour se sentir encore plus vivant

Un séjour marquant en Égypte pour Pierre-Yves Lord.
Photo courtoisie Un séjour marquant en Égypte pour Pierre-Yves Lord.

Coup d'oeil sur cet article

Mordu de voyage, Pierre-Yves Lord a visité une quarantaine de pays. Cette soif de parcourir le monde remonte à sa plus tendre enfance : « Bien avant d’avoir des affiches de chanteurs ou de joueurs des Nordiques, j’avais déjà une carte du monde dans ma chambre. J’étais fasciné par les récits de voyage de mon ingénieur de père, mais aussi de tout ce que je lisais dans les encyclopédies qui traînaient à la maison » dit-il. Aujourd’hui, à 40 ans, Pierre-Yves adore voyager. « Il ne faut pas avoir peur d’aller voir ailleurs si on y est et de sortir de sa zone de confort, même si c’est parfois confrontant ! D’abord, ça fait toujours de bonnes histoires à raconter et, de plus, je suis convaincu que la somme de toutes ces expériences contribue à notre épanouissement », conclut-il.

Vous avez produit deux belles séries sur les voyages avec votre maison de production Saturne 5 : Nordik et Les Flots. Êtes-vous un mordu de voyage ?

Lors du tournage de Les Flots avec Marilou et Sarah-Jeanne Labrosse
Photo courtoisie
Lors du tournage de Les Flots avec Marilou et Sarah-Jeanne Labrosse

Voyager me procure un sentiment indescriptible. Je me sens vivant quand je suis perdu à l’autre bout du monde. J’apprécie mon pays, bien sûr, mais j’aime me redécouvrir ailleurs là où personne ne me connaît et où mes instincts primitifs sont davantage sollicités que dans la ouate du quotidien.

Quel a été l’un de vos voyages les plus marquants ?

Mon séjour en Espagne alors que j’étais au début de la vingtaine. Je suis parti avec mon sac à dos, et j’ai pris un vol jusqu’à Paris, pour ensuite me retrouver à Barcelone. J’ai visité l’Espagne sans itinéraire précis, et je dormais dans des auberges de jeunesse. J’ai découvert la Catalogne et le Pays basque, et je suis allé à la rencontre des autres, tout en me découvrant à travers eux. Dans le voyage, il y a une quête de l’inconnu, mais c’est également très introspectif de voyager seul comme je l’ai fait. Évidemment, suite à cette expérience, j’ai eu la piqûre !

Votre passion pour le voyage vous vient-elle de votre enfance ?

En famille, nous n’avons jamais fait de grands voyages à l’étranger. Par contre, les récits de voyage de mon père ont ouvert notre curiosité sur le monde. Il était ingénieur en assainissement des eaux et il a souvent collaboré à des projets avec l’ACDI. Il n’était pas rare qu’il s’absente pendant deux ou trois semaines quand nous étions enfants. Je me rappelle que nous avions une carte du monde dans notre sous-sol marquée par des punaises indiquant tous les endroits qu’il avait visités. C’était une carte sacrée dont nous étions très fiers. De plus, il nous rapportait des souvenirs de chacun de ses voyages.

Vous avez visité une quarantaine de pays, parlez-nous de vos plus belles expériences ?

J’ai fait deux voyages bouleversants en Haïti. J’ai découvert Port-au-Prince, mais aussi la campagne haïtienne, plus précisément Torbeck, le village où je suis né. Je suis tombé sous le charme de la Polynésie française, là où on a su préserver et protéger les paysages. L’île de Moorea est l’un des plus beaux endroits visités, c’est un mélange de gentillesse, de propreté, de collines superbes et d’une grande richesse sous-marine. J’ai nagé avec des requins-citrons, des tortues géantes et des raies mantas souvent grandes comme de petits avions. Les traditions et coutumes sont encore bien conservées à Moorea et c’est tout aussi fascinant. Enfin, les gens ne sont pas tous connectés à des machines. Il y a encore des endroits dans le monde qui ne sont pas pollués par les appareils électroniques et où l’on peut encore avoir des conversations avec des gens qui ne sont pas rivés sur leur cellulaire.

Où avez-vous fait la plus belle plongée ?

La vie au Roatan
Photo courtoisie
La vie au Roatan

Au Belize ! Les paysages marins sont sublimes. J’avais l’impression de faire un voyage dans le temps, et même d’être à l’ère préhistorique tellement le décor sous-marin est resté intact. Le Roatán aussi, au large du Honduras, m’a beaucoup plu. Une destination pas trop loin, accessible et qui offre de magnifiques plongées.

Dans quels pays avez-vous vu les plus belles plages ?

Au Portugal, en Gaspésie et aux îles de la Madeleine. D’ailleurs, avec l’érosion et les plaines rougeâtres, les falaises portugaises me rappellent celles du Québec. Les plages parfaites avec du beau sable lisse beige tapé par un camion et décorées de chaises bien cordées avec un préposé aux serviettes ne me plaisent pas du tout. Je les fuis au pas de course. J’aime les paysages sauvages, préhistoriques où le temps a laissé son empreinte. Je trouve plutôt la perfection dans des paysages qui sont parfois brutaux et imparfaits.

D’autres pays vous ont fasciné ?

Le Maroc, l’Égypte et la Tunisie. Je me souviendrai toujours, au Caire, où pour la première fois j’ai entendu de ma chambre d’hôtel, en plein milieu de la nuit, l’appel à la prière d’un haut-parleur. Je suis sorti sur le balcon sans trop savoir ce qui se passait. Je me suis rendu compte à quel point ce rituel était profondément ancré dans les racines des habitants. J’ai trouvé cette expérience puissante. Je n’endosse pas une religion plus qu’une autre, mais je n’ai pas pu rester insensible à ce que je vivais à ce moment précis. Évidemment que s’aventurer au Caire, ça n’est pas une vacance de plage typique, mais j’aime être ébranlé et me sentir vivant !

Voyagez-vous beaucoup en famille ?

La Gaspésie en famille
Photo courtoisie
La Gaspésie en famille

Parfois, mes enfants m’accompagnent quand je voyage pour le travail. Mais je voyage beaucoup avec eux au Québec, entre autres en Gaspésie d’où leur mère est native. Ils sont déjà amoureux de la mer, et je suis convaincu qu’ils vont devenir des plongeurs. Mon fils est d’ailleurs en train de devenir un pêcheur redoutable. Je passe beaucoup de temps à Toronto et l’endroit les attire. On songe d’ailleurs à aller y vivre quelques mois pour qu’ils puissent perfectionner leur anglais, et qu’ils aient ensuite les outils nécessaires pour découvrir le monde.


► Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook.