/24m/job-training
Navigation

Congé sabbatique : comment le demander... et l’obtenir ! Par Takwa Souissi – 37e AVENUE

Content man asking for time out
pathdoc - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Takwa Souissi – 37e AVENUE

 

Vous avez envie d’un long séjour à travers l’Asie, vous souhaitez consacrer toutes vos énergies à un gros projet de rénos ou à l’écriture de votre roman ? Voici des conseils d’experts pour présenter la demande à vos supérieurs et maximiser vos chances qu’ils l’acceptent.

1. Faites vos recherches. Avant de soumettre une demande de congé prolongé en bonne et due forme à votre employeur, prenez le temps de consulter la politique interne de l’organisation ainsi que les accommodements qui peuvent entourer la prise de congé. Peut-être le cas de la sabbatique y est-il traité, ce qui vous donnerait une base sur laquelle échafauder un argumentaire solide. Outre les démarches administratives, cherchez à savoir si un autre employé a déjà demandé ou obtenu un congé sabbatique au sein de la compagnie, puis essayez d’entrer en contact avec cette personne. Elle pourra vous conseiller et vous pourrez vous inspirer de sa démarche.

2. Préparez vos arguments. Qu’est-ce que l’employeur peut retirer comme bienfaits de votre congé sabbatique ? Pour mettre toutes les chances de votre côté d’obtenir son feu vert, il faut que les deux parties en sortent gagnantes de l’aventure. Cette prise de recul vous servira-t-elle à acquérir une meilleure vision ou une expertise supplémentaire qui pourrait profiter à votre travail ? Jouir d’une telle liberté vous rendra-t-il plus loyal et fidèle à long terme ? Est-ce que ce congé peut aider l’entreprise à économiser ?

3. Prouvez votre valeur. Aucune entreprise ne veut s’aliéner un excellent employé, voire le perdre pour de bon. Mais pour que vos supérieurs aient cet élément à l’esprit, encore faut-il que vous leur rappeliez quel est votre apport à l’organisation. Dressez à l’écrit une liste de vos accomplissements au sein de l’entreprise. Notez aussi vos ambitions à long terme. Ces listes serviront aussi à vous rafraichir la mémoire au cas où le trac vous en ferait perdre des bouts au moment de défendre votre projet.

4. Planifiez votre absence. Afin de démontrer le sérieux de votre demande, réfléchissez à un plan de match pour votre remplacement. À qui iraient vos dossiers ? Un collègue pourrait-il vous assister ? Sera-t-il possible pour vous d’effectuer quelques suivis à distance ? Pourriez-vous former quelqu’un rapidement à votre poste ? S’il vous sent en mode solution, votre supérieur sera plus enclin à accepter votre demande.

5. Faites preuve d’ouverture et d’authenticité. Il est normal d’être nerveux avant d’entamer une telle discussion, mais considérez cette étape comme une simple partie de votre cheminement professionnel et personnel ; une virgule qui pourra bénéficier à tous. Soyez calme et confiant en exposant votre demande. Restez tout de même à l’écoute et soyez ouvert au dialogue : peut-être qu’un refus de la part de l’employeur est justifié ou qu’une certaine négociation devra avoir lieu. Le respect et la loyauté sont de mise de part et d’autre !