/sports/others
Navigation

Le ligandrol, une substance en vogue

Laurence Vincent Lapointe
Photo d'archives, Agence QMI Laurence Vincent Lapointe

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Le ligandrol, la substance trouvée dans l’organisme de la canoéiste Laurence Vincent Lapointe, est sur le radar des différentes agences antidopage du monde en raison de son abondance et de sa facilité d’accès sur le marché noir. 

«C’est partout. Faites un tour sur Google et vous le verrez. Généralement, ce sont des gens qui achètent de la poudre en vrac en Chine et qui préparent des solutions et des produits redistribués sur le marché noir», a expliqué Christiane Ayotte, directrice du laboratoire de contrôle du dopage de l'INRS-Institut Armand-Frappier. 

«C’est une substance qui est sur le radar, parce que n’importe qui en prépare pour tout le monde. Donc les risques sont bien présents.» 

La substance, également connue sous le nom de LGD-4033, fait partie de la série des SARM ("selective androgen receptor modulator"). Elle est ainsi utilisée comme alternative aux stéroïdes anabolisants sans toutefois posséder les mêmes effets secondaires. 

«C’est une "cochonnerie", et je ne cache pas le mot. Ça me choque beaucoup. Ce n’est pas un médicament. Ce n’est pas approuvé comme un médicament au Canada, mais [le produit] a envahi le marché noir et l’internet.» 

Un long processus 

Par devoir de réserve, Mme Ayotte refuse de commenter spécifiquement le cas de Vincent Lapointe. Elle soutient toutefois qu’il est du devoir des athlètes de s’assurer qu’ils respectent les normes et les règlements de leurs sports respectifs. 

«On comprend tous que les athlètes prennent des suppléments, mais ils ne devraient pas prendre de risques et devraient toujours faire attention à ce qu’ils prennent», a-t-elle prudemment avancé. 

La professeure a par ailleurs invité les gens à faire preuve de retenue jusqu’à ce que l’enquête soit terminée et qu’un jugement soit rendu dans cette affaire. 

«Il y a un devoir d’analyse objective qui doit être fait de la part des autorités sportives. C’est important pour le sport de faire une enquête sérieuse. Que ce soit un champion du monde ou le dernier des derniers, c’est toujours la même chose. Tant que ce processus-là n’est pas terminé, on ne peut pas dire que l’athlète est coupable. On doit lui permettre de présenter ses arguments.» 

Par ailleurs, après une audience en première instance, qui devrait être réalisée par la Fédération internationale de canoë, l’Agence mondiale antidopage (AMA) sera appelée à vérifier, puis confirmer le verdict. 

«L’AMA va voir si elle est en accord avec la décision, ou si elle décidera de transmettre le cas au Tribunal arbitral du sport. Donc il y a quand même certaines étapes qui se produisent dans ces cas-là avec des délais donnés.»

ÉCOUTEZ l'entrevue de Christiane Ayotte, directrice du laboratoire de contrôle du dopage de l'INRS-Institut Armand-Frappier, sur QUB radio: