/news/currentevents
Navigation

La Couronne veut 12 ans pour le «pilote des stars»

L’avocat de Normand Dubé demande pour sa part 18 mois de prison

La Couronne veut 12 ans pour le «pilote des stars»
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | La Couronne estime que « pilote des stars » Normand Dubé doit être « sévèrement puni » pour avoir voulu jouer le shérif et s’être fait justice lui-même en commandant des incendies criminels contre des fonctionnaires avec lesquels il était en conflit.

« On n’est pas au Far West ici », a dénoncé lundi le procureur de la Couronne Steve Baribeau, en réclamant 12 ans de pénitencier. « On ne peut pas se venger comme ça, sans considération. Cela vient avec des conséquences. »

En mai, celui qui est surnommé le « pilote des stars » pour avoir volé par le passé avec des vedettes, a été déclaré coupable d’avoir commandé des incendies chez des fonctionnaires avec qui il avait eu des litiges.

Il a aussi harcelé deux de ses victimes. Ce sont des résidences et une voiture qui ont été brûlées en 2013 et 2014 dans les Basses-Laurentides.

Or, il s’agit d’un « dossier unique » où une « ligne a été franchie ». La « soif de vengeance » de Normand Dubé doit être vivement dénoncée, a argué Me Baribeau au palais de justice de Saint-Jérôme.

Mépris total

« M. Dubé a scrapé la vie de ces gens-là pour des niaiseries, car il était incapable de contenir sa haine et son impulsivité, a soutenu le procureur. Son esprit de vengeance n’a d’égal que son narcissisme et son mépris total pour nos lois, nos institutions, pour les gens et la vie humaine. »

La Couronne demande que cette peine de 12 ans soit consécutive aux sept années dont Dubé a écopé en décembre pour le spectaculaire méfait de 30 M$ perpétré contre des lignes d’Hydro-Québec, pour un total de 19 ans.

L’avocat de la défense, Maxime Chevalier, voit les choses autrement. En tenant compte de la sentence concernant Hydro-Québec, il demande à ce que son client de 57 ans écope de 18 mois de prison de plus, ce qui totaliserait huit ans et demi.

Qualifiant la suggestion de la Couronne « d’exagérée » considérant qu’il n’y a pas eu de décès, le criminaliste a rappelé que les dommages matériels sont « faibles ».

Me Chevalier s’est aussi attaqué au portrait de son client que brosse la poursuite, soit un homme « revanchard » incapable d’éprouver de remords.

« La démonisation de M. Dubé, ça ne vous aide pas du tout à rendre une décision, monsieur le juge », a-t-il déploré, faisant valoir qu’un agent de probation a évalué le risque de récidive à court et moyen terme comme faible.

Normand Dubé nie les faits sur toute la ligne et a porté les deux verdicts de culpabilité en appel.

Le juge Gilles Garneau rendra sa décision le 16 septembre.

Ce qu’ils ont dit

« J’ai encore peur que quelqu’un revienne chez moi pour faire du mal, qu’on ait encore des représailles. Avant d’aller dormir, je fais le tour de toutes les portes pour m’assurer que c’est barré. Je ne faisais pas ça avant les événements. » – Michèle Jarry, une victime

« Près de cinq ans plus tard, je demeure sur mes gardes de peur qu’on s’en prenne à ma propriété, à ma famille et à mes enfants. [...] Serait-il encore capable de planifier une vengeance ? Nous sommes constamment dans le doute et l’incertitude. » – Christian Leclair, une victime

« Vous avez devant vous un individu de 57 ans qui est revanchard, qui cumule depuis plusieurs années des conflits. [...] Vous êtes en présence d’un individu hautement perturbé, quelqu’un qui est hautement carencé, quelqu’un qui est imprévisible et calculateur. » – Me Steve Baribeau, procureur de la Couronne

« Monsieur est un actif pour la société, il a travaillé. [...] Ce sont des dommages matériels de faible envergure. Les séquelles psychologiques sont à prendre en considération. » – Me Maxime Chevalier, avocat de la défense