/news/currentevents
Navigation

Ils en ont assez des jeunes conducteurs discriminés

Coup d'oeil sur cet article

 Une association de défense des consommateurs en a assez des entreprises de location de véhicules qui refusent de louer aux jeunes de moins de 25 ans. Elle demande donc aux tribunaux de mettre fin à cette pratique. 

 « L’imposition de frais ou le refus de contracter en raison de l’âge des jeunes conducteurs constitue une atteinte illicite et intentionnelle aux droits garantis par la Charte », affirme sans détour Option consommateurs, dans une demande d’action collective déposée vendredi dernier au palais de justice de Montréal. 

 La poursuite vise les grandes compagnies de location de véhicules faisant affaire au Québec. Toutes leurs politiques sont discriminatoires envers les jeunes conducteurs, affirme Option consommateurs. 

 Soit les frais sont plus élevés, soit certains véhicules ne sont pas disponibles, soit la compagnie refuse carrément de louer à un jeune conducteur, déplore cette association. 

 Dans la demande d’action collective, Option consommateurs donne l’exemple de Guillaume Rousseau, un attaché politique du Bloc québécois. 

Guillaume Rousseau<br>
<i>Attaché politique</i>
Photo Martin Alarie
Guillaume Rousseau
Attaché politique

 En 2016, à 22 ans, il avait voulu louer une voiture à la compagnie Enterprise. Or, en raison de son âge, il a dû payer une surcharge. 

 « Il n’a jamais été questionné [...] sur son expérience et ses habitudes de conduite ni sur ses antécédents en matière de sécurité routière ou d’infractions de la route, peut-on lire dans le document de cour. M. Rousseau a été insulté, vexé et a éprouvé un sentiment d’injustice. » 

 Pas exempté 

 Dans sa demande de saisir les tribunaux, Option consommateurs rappelle qu’il est interdit de discriminer en raison de l’âge. Il existe toutefois des exceptions, notamment dans les contextes de contrats d’assurance. 

 Sauf qu’Option consommateurs soutient que les compagnies visées ne modulent pas les frais d’assurance selon l’âge ou le dossier du conducteur. Seul le prix de la location change, uniquement selon l’âge et non selon le dossier de conduite. 

 Le regroupement réclame la fin de ces pratiques, mais aussi le remboursement de la surcharge à tous les jeunes conducteurs qui ont loué un véhicule au Québec depuis 2016. 

 Avec environ un demi-million de conducteurs de moins de 25 ans au Québec, l’association estime que quelques milliers de personnes pourraient être concernées. Mais même si les montants en jeu ne sont pas faramineux, l’objectif du recours est de rendre illégale cette pratique. 

 La demande sera présentée prochainement à un juge de la Cour supérieure du Québec.