/sports/golf
Navigation

Les yeux sur la star de l’heure

Le club de golf Magna vibre au rythme de la « BrookeMania »

Brooke Henderson
Photo courtoisie, Golf Canada Brooke Henderson s’exécute sur le parcours du club Magna en banlieue de Toronto sous le regard de sa sœur Brittany et de son père Dave.

Coup d'oeil sur cet article

AURORA, Ontario | Il y a un an, Brooke Henderson réécrivait l’histoire du golf féminin canadien à Régina en remportant le championnat national. Son plus grand exploit à ses yeux dans sa jeune carrière. La revoilà à défendre son titre en banlieue de Toronto.

Forte de deux victoires cette saison sur le circuit de la LPGA en plus de huit tops 10 à ses 19 sorties, la Canadienne la plus décorée dans l’histoire du golf au pays ne laissera certainement pas tomber les milliers de spectateurs qui afflueront sur le parcours de Magna, à une trentaine de minutes au nord de la Ville Reine.

La route pour s’y rendre est placardée de publicités à son image et une fois à Aurora, c’est la « BrookeMania ». Les gens en oublient presque ses 14 compatriotes de l’unifolié qui participeront à l’omnium cette semaine.

Souvenirs de l’an dernier

L’Omnium canadien affiche presque complet alors que selon les données primaires, on attend plus de spectateurs que l’an dernier au Wascana Country Club dans les prairies canadiennes qui fut un grand succès.

Henderson n’oubliera jamais sa semaine au Wascana après avoir traversé des moments difficiles en famille, endeuillée de ses grands-parents. Malgré tout, elle avait accompli un tour de force en devenant la première Canadienne à soulever le trophée depuis Jocelyne Bourassa en 1973.

« Avant d’amorcer ma carrière sur le circuit de la LPGA, tout ce que je désirais, c’était de pouvoir y jouer. Ensuite, je voulais gagner. Me voilà, quelques années plus tard, avec neuf titres en poche. C’est incroyable, a relaté l’Ontarienne âgée de 21 ans.

« Gagner mon omnium national, c’est le fait saillant de ma carrière jusqu’à maintenant. M’exécuter devant tous ces partisans du pays est un privilège. Avec toute l’attention reçue, j’avais réussi à performer en réalisant les coups sous pression. »

En pleine course

Cette réussite lui avait insufflé une énorme dose de confiance en plus de lui donner une puissante poussée dans le dernier droit de la saison. Elle avait terminé au second rang de la course au Globe CME, à 1700 points de la championne, Ariya Jutanugarn. Pour l’instant cette saison, elle pointe au cinquième échelon en pourchassant la Coréenne Jin Young Ko.

Si Henderson s’est démarquée sur les parcours du circuit de la LPGA, elle a toutefois éprouvé des difficultés lors des cinq tournois majeurs. Aux omniums américains et britanniques, elle a pris le 39e et le 41e rang, respectivement. Et un mauvais départ au Championnat de la PGA KPMG lui a coûté de précieuses positions.

« J’ai néanmoins réussi à participer aux rondes du week-end à chacun des cinq majeurs, ce qui est l’objectif. Mais il me manquait une ronde clé avec un bon score pour être dans la course, a expliqué la championne du Championnat de la PGA d’Amérique en 2016.

« J’ai appris de ces expériences cette année, a-t-elle poursuivi. Je dois être plus patiente. Je tentais de pousser quand je réalisais que je n’étais pas dans le top 10 ou le top 20. »

En application

Un apprentissage qu’elle tentera de mettre en application dès demain quand elle amorcera la défense de son titre. L’atmosphère ressemblera en tout point à un championnat majeur, d’autant plus que l’Omnium canadien est considéré comme un important et prestigieux arrêt sur le circuit.

« J’espère être en mesure de poursuivre sur ma lancée de l’année dernière en puisant mon énergie de la foule, des membres de ma famille et de mes amis. J’attends avec impatience qu’on nomme mon nom comme championne en titre sur le premier tertre.

« L’an dernier, c’était incroyable. Est-ce que je serai en mesure de le défendre avec succès ? s’est-elle ensuite interrogée. Ce sera très difficile selon les probabilités, mais je vais tout donner. Je veux offrir le meilleur score aux partisans jeudi afin qu’ils puissent se mettre quelque chose sous la dent. »