/world/pacificasia
Navigation

Twitter et Facebook accusent Pékin de chercher à semer la discorde à Hong Kong

FILES-US-IT-LIFESTYLE-FACEBOOK-PRIVACY
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Twitter et Facebook ont accusé Pékin de soutenir une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation prodémocratie à Hong Kong, et semer la zizanie dans l'ex-colonie britannique.

Les deux géants technologiques américains ont annoncé lundi avoir suspendu près d'un millier de comptes actifs liés à cette campagne, Twitter précisant avoir aussi fermé 200 000 autres comptes avant qu'ils ne soient réellement actifs sur le réseau.

«Ces comptes cherchaient délibérément et spécifiquement à semer la discorde politique à Hong Kong, et notamment à saper la légitimité et les positions politiques du mouvement de protestation sur le terrain», a indiqué Twitter en référence aux comptes actifs suspendus.

Facebook a précisé que certaines publications des comptes suspendus comparaient les manifestants hongkongais aux combattants du groupe islamiste Etat islamique, en les qualifiant de «cafards» et en leur attribuant de soi-disant projets de meurtres au moyen de lance-pierres.

Région semi-autonome du Sud de la Chine, Hong Kong traverse depuis juin sa plus grave crise politique avec des manifestations et actions presque quotidiennes pour demander davantage de libertés.

En coulisse

La mobilisation a très souvent dégénéré ces dernières semaines en des affrontements entre radicaux et forces de l'ordre, ce qui s'est traduit par des menaces d'intervention plus pressantes du gouvernement central chinois, qui a par ailleurs qualifié le mouvement de «terroriste».

Officiellement, Pékin a cependant laissé les coudées franches à l'exécutif local et à sa police pour régler la situation. En coulisse, le gouvernement central s'agite pour tenter d'influencer l'opinion, affirment Twitter et Facebook.

«Nous dévoilons une campagne importante d'information soutenue par l'Etat (chinois, ndlr) centrée sur la situation à Hong Kong, particulièrement sur le mouvement de protestation et son appel à des changements politiques», a dit Twitter.

Le réseau social a dit avoir suspendu 936 comptes «coordonnés dans le cadre d'une opération soutenue par l'État» chinois pour «miner la légitimité et les positions politiques» des manifestants.

Non sans ironie, Twitter rappelle qu'il est banni de Chine continentale par le régime de Pékin, dont les agents ont dû en grande partie faire appel à un VPN (un réseau virtuel permettant de contourner des restrictions géographiques par exemple). D'autres ont avancé moins masqués en utilisant des adresses IP débloquées pour l'occasion.

Facebook, informé par Twitter, a indiqué pour sa part avoir supprimé, pour les mêmes raisons, sept pages, cinq comptes et trois groupes du réseau social, eux aussi «liés à des individus associés au gouvernement de Pékin».

«Retour au calme»

Après une série de manifestations de plus en plus violentes au cours des semaines précédentes, Hong Kong a été le théâtre dimanche d'un immense rassemblement pacifique. Les organisateurs ont affirmé que 1,7 million de personnes avaient défilé sous une pluie battante dans le centre de la ville.

Le but était de couper court aux accusations de terrorisme de Pékin et de prouver que la mobilisation demeure populaire, en dépit des dérapages observés les semaines passées.

Aucune arrestation n'a été conduite dimanche, et aucune grenade lacrymogène n'a été tirée par la police.

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam, qui concentre la colère des manifestants, a espéré mardi que cette absence de violence augure d'une normalisation de la situation.

«J'espère de tout cœur que cela marque le début d'un retour au calme de la société et d'une fin des violences», a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Cette crise politique, la plus grave qui secoue l'ex-colonie britannique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, est née en juin du rejet d'un projet de loi de l'exécutif pro-Pékin qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine.

Les manifestants ont cinq demandes fondamentales, parmi lesquelles l'abandon total du projet de loi sur les extraditions, la démission de Mme Lam, ou encore une enquête sur l'usage de la force par la police, qui a utilisé de grandes quantités de lacrymogènes ces dernières semaines et souvent tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants.

Mme Lam, nommée par Pékin, n'a cependant annoncé aucune concession mardi. Et certains experts pensent que, dans ces conditions, la mobilisation devrait continuer de faire coexister manifestations pacifiques et actions plus musclées.

De son côté, le ministère britannique des Affaires étrangères s'est dit «extrêmement préoccupé» par des informations sur l'arrestation en Chine d'un employé de son consulat à Hong Kong.