/finance/business
Navigation

Fonds de pension: des retraités des journaux du Groupe Capitales Médias sont nerveux

Fonds de pension: des retraités des journaux du Groupe Capitales Médias sont nerveux
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Des retraités des journaux du Groupe Capitales Médias sont nerveux. Certains pourraient voir leur fonds de retraite fondre de 20 % si jamais l’entreprise déclare faillite.

«Disons que c’est très inquiétant», a indiqué mardi au Journal l’ancien journaliste du Soleil et retraité Louis Tanguay. Selon ce dernier, le régime de retraite des employés syndiqués du Soleil accuse un déficit de solvabilité important, mais pas insurmontable si l’entreprise trouve preneur d’ici la fin de l’année.

Selon les données les plus récentes, le degré d’insolvabilité du régime de retraite des employés syndiqués du Soleil s’élevait à près de 80 %.

Baisse possible de 20 %

En cas de fermeture définitive du Soleil, le régime de retraite serait alors fermé et les retraités devraient encaisser une baisse de leur rente de 20 %.

Dans les créances présentées mardi par le Groupe Capitales Médias, une somme de 4 millions $ destinée aux caisses de retraite de ses employés était inscrite au bilan.

Il n’a pas été possible d’obtenir les degrés d’insolvabilité des autres journaux du Groupe Capitales Médias. Une source a toutefois fait valoir que les bilans (taux de solvabilité) ressemblaient étrangement à celui du Soleil de Québec.