/sports/soccer/impact
Navigation

L’impact de Montréal congédie Rémi Garde: le courant ne passait plus avec les joueurs

Wilmer Cabrera prend la relève, Patrice Bernier devient adjoint

Rémi garde Impact de Montréal
Photo d'archives, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Une véritable bombe est tombée chez l’Impact mercredi après-midi quand le club a annoncé le congédiement de l’entraîneur-chef Rémi Garde, immédiatement remplacé par Wilmer Cabrera.  

Le départ de Garde, qui a raté les éliminatoires l’an passé, n’est pas forcément une surprise puisque les choses ne tournent pas rond depuis un bon moment chez le Bleu-blanc-noir. 

Il semblerait également que ce n’était pas toujours l’harmonie entre le Français de 53 ans et le propriétaire, Joey Saputo. 

Sur le terrain, ça n’allait plus et l’équipe n’a que deux victoires en neuf matchs depuis le retour de la pause internationale, à la fin juin. Pis encore, Garde n’a pu faire mieux qu’une fiche d’une victoire, six défaites et un verdict nul lors des huit derniers duels. 

Cette dégringolade s’est manifestée par une chute de la deuxième à la septième position au classement de l’Association de l’Est de la MLS. 

Décision difficile 

« Puisque j'ai un très grand respect pour Rémi comme personne et comme professionnel, cette décision a été très difficile et longuement réfléchie, mais nos insuccès des derniers mois et la façon dont le club se comporte sur le terrain nous ont menés vers ce changement », a déclaré le président Kevin Gilmore dans un communiqué. 

Et aussi difficile soit-elle, la décision a soulevé l’ire de la plupart des partisans qui se sont déchaînés pendant des heures sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook notamment. 

L’adjoint Joël Bats et le préparateur physique, Robert Duverne, qui étaient arrivés avec Garde, quittent aussi la barque. 

L’adjoint Wilfried Nancy et l’entraîneur des gardiens, Rémy Vercoutre, restent à bord. 

Patrice Bernier deviendra un assistant de Cabrera, dont la durée du contrat n’a pas été précisé. 

C’est la seconde fois que Nancy survit au départ d’un entraîneur-chef puisqu’il est aussi resté au sein du personnel technique quand Mauro Biello a été remercié, en octobre 2017. 

Pari risqué 

Il n’en demeure pas moins que de changer d’instructeur avec seulement sept matchs à jouer au calendrier régulier alors que l’équipe est en pleine course aux éliminatoires est un pari drôlement risqué pour le onze montréalais. 

Qui plus est, l’équipe va disputer la finale du Championnat canadien contre le Toronto FC le mois prochain. Il y aura donc beaucoup de parties cruciales pendant qu’un nouvel entraîneur tentera de mettre un autre système en place. 

Ce n’est pas la première fois que l’Impact procède de la sorte. Le 29 août 2015, Frank Klopas avait été remercié, laissant à l’époque un club qui n’allait nulle part. 

Mauro Biello a pris la relève et a obtenu une fiche de 7 victoires, 2 défaites et 2 nuls, ce qui avait permis à l’équipe de se qualifier pour les éliminatoires et d’atteindre la demi-finale de l’Association de l’Est. 

Constat d’échec 

Même si officiellement Garde a été congédié, on peut se demander si la situation ne l’arrange pas un peu finalement. 

Son contrat expirait à la fin de la saison et même si le président Gilmore soutenait encore la semaine dernière que c’était un dossier prioritaire, aucune entente de prolongation n’avait été conclue. 

Peu importe, il s’agit d’un autre constat d’échec pour l’Impact qui ne parvient pas à trouver une certaine forme de constance, et ce, à tous les niveaux. 

C’est la même situation qui perdure depuis des années. Les choses traînent, comme l’embauche d’un directeur sportif. Et comme le veut l’expression, tout ce qui traîne se salit. 

Meilleur personnel 

Sur le papier, Garde et ses acolytes formaient de loin le personnel d’entraîneurs le plus qualifié à diriger l’Impact à ce jour. Malgré tout, ça n’a pas fonctionné. Et selon diverses sources, Garde coûtait plusieurs millions de dollars par année. 

Soit le Français n’a pas été aussi efficace qu’on l’espérait, soit on ne lui a pas donné tous les moyens pour réussir. Au vu de la formation qu’il avait sous la main et des derniers mercatos ratés, on a tendance à penser que la seconde option mérite d’être étudiée. 

Et c’est surtout un sérieux pas de recul dans le fameux échéancier de cinq ans dont Joey Saputo parle régulièrement. 

Un détail à ne pas ignorer, cette décision survient au moment où le Bleu-blanc-noir vient à peine de lancer sa campagne de réabonnement pour la saison prochaine. Il va sans dire que c’est plus difficile de convaincre les partisans de renouveler leurs billets quand l’équipe perd sur une base régulière... 

Le courant ne passait plus  

Il y a eu une rupture entre Rémi Garde et ses joueurs, et les résultats des dernières semaines en sont probablement la meilleure illustration. 

Après une victoire sans appel de 4 à 0 à la fin juillet contre l’Union de Philadelphie, qui occupait alors le premier rang dans l’Est, Montréal semblait de retour en selle. 

C’est plutôt le contraire qui s’est passé. Le Bleu-blanc-noir est allé perdre 6 à 3 contre les Rapids du Colorado, derniers au classement général, et s’est ensuite incliné 3 à 2 face au Fire de Chicago, accordant un but à la 88e minute après avoir effectué une remontée de deux buts (voir ci-dessous). 

Puis est venu le match de trop, ce verdict nul de 3 à 3 contre le FC Dallas, samedi dernier, alors que l’équipe menait pourtant 3 à 0 à l’heure de jeu. L’Impact a notamment cédé deux fois dans les cinq dernières minutes. 

Et lors de cette séquence de trois matchs au cours desquels il a accordé 12 buts, l’Impact en a concédé neuf sur les phases arrêtées, ce qui est inconcevable. 

Vestiaire perdu ? 

Plusieurs indices laissent croire que Garde avait perdu la confiance de son vestiaire et de ses hommes et que la division s’était installée. 

On n’a qu’à regarder la façon dont ceux-ci défendaient sur les phases arrêtées. Personne ne semblait vouloir souffrir sur ces séquences. 

Le comportement de Zakaria Diallo sur le but vainqueur à Chicago, alors qu’il n’a même pas essayé de maîtriser Bastian Schweinsteiger même s’il le dominait physiquement, est criant à cet effet. 

Puis il y a eu son accès de colère à l’endroit d’Omar Browne à Columbus. Garde lui a crié « pour qui te prends-tu Omar ? », ce qu’ont capté les caméras de télévision. Ce n’est rien pour gagner la sympathie des joueurs. 

L’absence de Piatti 

On peut aussi se questionner sur sa façon de gérer ses changements, notamment samedi dernier lors du duel contre Dallas où il a fait entrer Ballou Jean-Yves Tabla pendant que l’équipe avait plutôt besoin de défendre. 

Ballou n’est pas un as de la défense et Garde l’a écorché en conférence de presse d’après-match en soutenant qu’il n’était pas encore prêt. 

Garde termine son séjour de près de deux ans avec l’Impact avec une fiche de 24 victoires, 29 défaites et 8 verdicts nuls. 

On a l’impression qu’il a possiblement tiré le meilleur de cette formation en début de saison, surtout avec l’absence prolongée d’Ignacio Piatti. 

Jackson-Hamel 

Mais sa grande rigidité défensive qui limitait la créativité de ses hommes lui a sans doute fait mal tout comme son entêtement à titulariser Maxi Urruti comme attaquant malgré ses deux petits buts tandis qu’Anthony Jackson-Hamel a marqué trois fois en seulement six départs, ajoutant un autre filet en Championnat canadien la semaine dernière. 

Certains lui reprochaient aussi de mal gérer ses changements en les effectuant parfois trop tard ou en ne les utilisant pas tous. 

Fiche de Rémi Garde avec l’Impact 

♦ 2018 : 14 V | 16 D | 4 N | 47 BP | 53 BC  

  • 7e position dans l’Association Est  

 ♦ 2019 : 10 V | 13 D | 4 N | 39 BP | 50 BC  

  • 7e position dans l’Est au moment de son congédiement  

 Rémi Garde et l’Impact en 11 dates  

  • 8 novembre 2017 : Embauche du Français Rémi Garde par l’Impact. 
  • 4 mars 2018 : À son premier match à la barre de l’équipe, contre les Whitecaps de Vancouver, Garde subit un revers de 2 à 1. 
  • 17 mars 2018 : Première victoire avec le Bleu-blanc-noir : 1 à 0 contre le Toronto FC. 
  • 21 mai 2018 : Lors du 25e anniversaire de l’Impact, le club s’incline 1 à 0 devant le Galaxy de Los Angeles malgré l’expulsion de Zlatan Ibrahimovic à la fin de la demie initiale. 
  • 29 septembre 2018 : Montréal s’incline 5 à 0 face au D.C. United, une défaite qui sera déterminante dans son exclusion des éliminatoires. 
  • 30 mars 2019 : L’Impact subit une humiliante défaite de 7 à 1 devant le Sporting de Kansas City. 
  • 20 juillet 2019 : Garde s’emporte contre Omar Browne à la fin du match contre le Crew à Columbus, perdu 2 à 1 par Montréal. « Pour qui te prends-tu, Omar ? » a crié l’entraîneur à son joueur. L’athlète de 25 ans est retourné au Panama le 12 août. 
  • 22 juillet 2019 : L’Impact résilie le contrat d’Harry Novillo. L’attaquant français, recruté par Garde en décembre 2018, n’a disputé que 11 matchs avec le club québécois et s’est surtout fait remarquer pour ses frasques hors du terrain. 
  • 3 août 2019 : Contre la pire équipe de la MLS, les Rapids du Colorado, le onze montréalais encaisse une sévère défaite de 6 à 3. 
  • 14 août 2019 : L’Impact se qualifie pour la finale du Championnat canadien en disposant du Cavalry FC de Calgary. 
  • 17 août 2019 : Dernier match de Garde à la barre de l’équipe, qui laisse filer une avance de 3 à 0 face au FC Dallas. L’entraîneur est congédié quatre jours plus tard.