/finance/business
Navigation

Le Groupe Capitales Médias devra être vendu d’ici la mi-novembre

L’entreprise de presse perd plus d’un million de dollars par mois

Coup d'oeil sur cet article

Perdant plus d’un million $ par mois, le Groupe Capitales Médias (GCM) devra vendre ses journaux plus vite que prévu, soit d’ici la mi-novembre.

Au palais de justice de Québec, le groupe de presse regroupant six quotidiens (dont Le Soleil, La Tribune, Le Quotidien, Le Droit, La Voix de l’Est et Le Nouvelliste) a obtenu mercredi du financement intérimaire (5 M$) pour passer au travers des prochains mois.

Éprouvant de graves problèmes de liquidités, l’entreprise s’était placée lundi à l’abri de ses créanciers sous la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure du Québec a indiqué mercredi qu’il allait accorder la requête, notant que le temps pressait. « C’est un grand défi. Le processus va aller vite », a-t-il laissé entendre.

Selon le syndic PricewaterhouseCoopers, les liquidités accordées par Investissement Québec seront épuisées dès la mi-novembre. « On a bon espoir de trouver un ou des acheteurs d’ici là », a assuré Christian Bourque du cabinet comptable de PwC.

Le syndic de PwC, Christian Bourque (à gauche), discutait avec le PDG du Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon (à droite), au palais de justice de Québec mercredi.
Photo Stevens Leblanc
Le syndic de PwC, Christian Bourque (à gauche), discutait avec le PDG du Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon (à droite), au palais de justice de Québec mercredi.

Forte baisse de revenus

Le groupe de presse a perdu 8 millions $ en 2017 et 25 millions $ en 2018, alors que ses revenus ont fortement décliné (-12,4 % par année).

Depuis le début de 2019, les pertes de l’entreprise s’étaient accélérées pour atteindre les six millions $. D’ici la fin novembre, le groupe prévoit perdre un autre cinq millions $.

Le groupe de presse, dont le siège social est situé à Québec, doit plus de 27 M$ à ses créanciers, dont 10 M$ à Investissement Québec dans le cadre d’un prêt garanti consenti en décembre 2017.

Le gouvernement du Québec, par le biais de IQ, a décidé d’accorder un prêt d’urgence de cinq millions $ à GCM (avec taux d’intérêt de 20 %).

Fonds de retraite

Présents en cour, les syndicats des travailleurs des journaux se sont dits préoccupés par l’avenir des caisses de retraite.

« Il faut s’assurer qu’il y a une continuité avec les fonds de pension. C’est un actif important pour les travailleurs », a précisé le président du syndicat des journalistes du Soleil, Jean-François Néron.

Ce dernier a également évoqué une volonté des employés du groupe de former une coopérative pour assurer la relance de l’entreprise.

PKP refroidi

Par ailleurs, le président de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a semblé refroidi mercredi par le processus et les tractations entourant un éventuel achat du Groupe Capitales Médias.

À la question de savoir si l’achat du groupe médiatique l’intéressait encore, M. Péladeau a eu cette réponse : « Malheureusement, on a perdu le contrôle », a-t-il dit au micro du 98,5 FM.

Pierre Karl Péladeau a semblé inquiet quant au déroulement du processus qui mènerait éventuellement à un nouveau propriétaire.

GCM en quelques chiffres

150 000 $

Salaire du nouveau président, Stéphane Lavallée

20 %

Taux d’intérêt imposé par Investissement Québec sur le prêt de 5 M$

15 M$

Dette radiée au bilan qui appartenait à Power Corporation

15 M$

Valeur des actifs alors que le passif avoisine les 40 M$