/opinion/columnists
Navigation

Changer de spectre

Coup d'oeil sur cet article

Il y a du travail à faire pour changer notre regard sur les personnes qui composent avec un trouble du spectre de l’autisme.

Il faut souhaiter que la série Autiste, bientôt majeur, diffusée sur MOI ET CIE, y contribue. Parents d’un jeune autiste, Sophie Prégent et Charles Lafortune racontent avoir reçu des messages violents après une sortie publique sur la condition de ces personnes.

Perdants

« Si ton fils était pas un maudit mongol, tu te serais jamais impliqué là-dedans », s’est fait dire Charles Lafortune. Ce à quoi il répond : « Probablement que t’as raison. »

Or, les personnes autistes, elles ne vivent pas dans les égouts ou dans les bois. On les croise dans les rues, dans les commerces, chez nos voisins. Elles font partie de la société à part entière, peuvent toutes y contribuer de différentes manières et ne méritent pas que nous les laissions tomber à 21 ans, ce qui procure une angoisse permanente à leurs parents.

Certes, le gouvernement doit faire davantage, lui qui n’offre plus aucun service une fois que l’enfant devenu adulte quitte le système scolaire. Il faut repenser ça et, encore, on pourrait faire davantage dès la petite enfance, quand l’accès à une aide spécialisée peut faire une énorme différence dans leur développement. On est tous perdants si on ne favorise pas leur autonomie autant que possible.

Enrichissant

Plus encore, c’est toute la société qui doit regarder ces personnes à travers un autre spectre. Que les parents d’un enfant autiste reçoivent des messages haineux, c’est d’une choquante stupidité. Toutefois, sommes-nous prêts à faire les efforts pour faire une place à ces personnes dans nos milieux de travail ?

À une époque où la valeur de chacun se mesure trop souvent à sa productivité, on devrait redécouvrir que de côtoyer des gens qui fonctionnent différemment, ça peut être très enrichissant.