/news/currentevents
Navigation

Audition porno à Québec: la Ville menace de poursuivre, le promoteur persiste

Coup d'oeil sur cet article

N’en déplaise à la Ville de Québec, qui menace de le poursuivre, un producteur de films pornographiques a toujours l’intention de tourner des scènes érotiques dans une roulotte installée sur le stationnement du Bar St-Joseph, sur le boulevard Bastien, samedi soir.   

«L’événement de samedi va avoir lieu sans problème parce que oui, il y a peut-être certaines réglementations dites municipales, mais il y a aussi quelque chose qui s’appelle la charte des droits et libertés [...] qui permet de faire certaines choses dans le cadre de la vie privée. Et ce qu’on fait se classifie exactement dans ce genre d’activités là», assure au bout du fil le fondateur de la société de production AD4X, André de la Seine.      

Le Bar St-Josef fait l'objet d'une controverse pour avoir accepté d'accueillir des auditions XXX dans son stationnement samedi soir.
Dominique Lelièvre
Le Bar St-Josef fait l'objet d'une controverse pour avoir accepté d'accueillir des auditions XXX dans son stationnement samedi soir.

Amende salée

M. de la Seine dit n’avoir que faire d’une résolution sans équivoque du conseil exécutif de la Ville de Québec qui dénonce son événement «casting party» car il contreviendrait à la réglementation municipale. Plus précisément, le zonage en vigueur interdit toute activité commerciale à caractère érotique à cet endroit. Il s’expose à une amende de 2 000 $.    

Le promoteur affirme être à l’abri de ces dispositions à l’intérieur du véhicule récréatif. Il ajoute que, bien qu’il faudra débourser 20 $ pour assister à des concerts à l’intérieur du bar, il n’y a aucuns frais pour participer aux auditions qui se dérouleront à l’extérieur de l’établissement. Ainsi, il ne s’agit en rien de prostitution, selon lui.     

  • ÉCOUTEZ l'entrevue du conseiller municipal Patrick Paquet à QUB Radio:  

«Est-ce qu’on peut vous empêcher de faire l’amour dans votre maison ou dans votre auto, dans un parking avec votre femme?», lance celui qui assure que « tout le monde est très consentant et très heureux d’être là » et surtout, majeur. Bien que le Bar St-Josef s’expose aussi à une poursuite pénale, sa gérante, Caroline Beaulieu, a confirmé qu’elle voulait encore aller de l’avant avec la soirée.

Tant le promoteur que la direction du bar disent avoir consulté des avocats.    

Le maire s’en mêle

L’événement prévoit qu’entre 10 et 15 candidats et candidates pourront rencontrer des actrices pornos pour des «auditions XXX ouvertes à tous» dans la roulotte. Au minimum, ces femmes masturberont les participants, mais elles pourront aussi s’adonner à d’autres rapports sexuels si elles le souhaitent, y compris la pénétration, le tout devant les caméras.

«Au niveau criminel, on ne peut rien faire, a reconnu le maire de Québec, Régis Labeaume. Je veux les avertir qu’ils vont contrevenir à deux règlements municipaux. Il y a des limites à ce qu’on peut faire, mais on a pris une décision. Il y aura des amendes à ceux qui organisent l’événement, et aussi au bar qui les accueille», a-t-il prévenu.

La police de Québec prévient de son côté que ses agents auront «à l’oeil» l'événement mais reconnaît que rien à l’heure actuelle, notamment dans le Code criminel, ne permet d’empêcher la tenue de l'audition XXX, samedi soir.

— Avec la collaboration de Jean-François Racine