/24m/transports
Navigation

SPVM: un appareil pour mesurer la distance entre voitures et cyclistes

SPVM: un appareil pour mesurer la distance entre voitures et cyclistes
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La police de Montréal utilisera à compter de la semaine prochaine un petit appareil apposé au guidon de certains vélos de sa flotte pour mesurer la distance entre les automobilistes et les cyclistes. 

Quatre appareils de type C3FT seront distribués à des patrouilles à vélo du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Lorsque le dispositif est allumé, la distance entre la poignée du vélo et le véhicule se compilent sur l'écran numérique. Un signal sonore est émis lorsqu'un véhicule est en infraction. 

Dans un premier temps, l’outil sera utilisé uniquement à des fins de sensibilisation auprès des usagers de la route. Les données récoltées ne sont pas encore recevables en cour. 

«Notre objectif est de pouvoir utiliser ces appareils-là comme preuve à la cour pour la saison [estivale] 2020», a expliqué l'agente Roxane Rivard, conseillère à la division sécurité routière au SPVM, précisant qu'à la ville d’Ottawa, des contraventions sont remises aux automobilistes à l'aide de ces dispositifs depuis 2015. 

SPVM: un appareil pour mesurer la distance entre voitures et cyclistes
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

À Montréal, les policiers à vélo pourront l’utiliser dès le 28 août. 

Une distance d'au moins un mètre doit être maintenue entre les voitures et les vélos dans une zone de 50 km/h ou moins. Elle passe à 1,5 mètre sur une route dont la limite de vitesse est supérieure à 50 km/h. Les automobilistes fautifs peuvent écoper d'une amende pouvant totaliser 313 $ avec les frais, en plus de recevoir deux points d'inaptitude. 

Le coût des appareils commandés auprès d'un fournisseur américain est estimé à environ 2000 $ l'unité. Le service de police a pu se les procurer grâce à une subvention de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), en 2018. 

Demande des patrouilleurs 

Ces appareils ont été achetés à la demande des policiers du poste de quartier de l'ouest de l'île, qui englobe Baie-D'Urfé, Beaconsfield, Kirkland, Sainte-Anne-de-Bellevue et Senneville. «Les patrouilleurs ont remarqué que même en étant identifiés [comme] policiers, les véhicules passaient très près d'eux», mentionne l'agente Rivard. 

Certaines rues de cette partie de l'île sont très étroites, ce qui rend le règlement plus difficile à respecter.