/news/politics
Navigation

Boissons au pot : Québec appelé à resserrer les règles

Coup d'oeil sur cet article

À quelques mois de l’arrivée sur le marché des boissons à teneur de cannabis, l’Institut de la santé publique interpelle Québec pour que soient resserrées les règles entourant leur commercialisation.

Santé Canada a déjà décrété que ces nouvelles boissons, qui sont attendues pour le 16 décembre prochain, ne pourraient contenir de l’alcool. Or, l’Institut de la santé publique du Québec aimerait que Québec aille encore plus loin.

Craignant notamment que certaines personnes consomment du cannabis sans le savoir, l’Institut souhaite que les consommateurs puissent clairement reconnaître la marijuana par le goût.

Dans son mémoire déposé vendredi, l’organisme en appelle donc à interdire les boissons au pot sucrées ainsi que celles qui auront l’apparence d’un autre genre de produits populaires, par exemple un jus de fruit ou une boisson gazeuse.

Dans son mémoire, l’Institut dit aussi craindre une augmentation de la consommation de THC à un niveau qui n’aurait pas été atteint sans l’arrivée sur le marché de ces boissons.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

En juillet dernier, le gouvernement Legault avait déjà restreint la quantité maximale de THC dans les boissons à 5 mg, deux fois moins que dans la limite dans les produits solides avec une composante de marijuana.

Le ministre Lionel Carmant a aussi déjà interdit la vente de chocolats et de jujubes au pot dans les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC), des produits qui seront pourtant légaux ailleurs au Canada à partir du 17 octobre prochain.