/misc
Navigation

Le FEQ, le seul festival sans cannabis au Québec

Exemple de foule à jeun lors du spectacle de Loud, Koriass et Naya Ali, le 13 juillet au FEQ. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Exemple de foule à jeun lors du spectacle de Loud, Koriass et Naya Ali, le 13 juillet au FEQ. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Vous ne le savez peut-être pas, mais personne n’a consommé du cannabis au Festival d’été Québec en 2019. Pas même au show de Slipknot.   

PER-SONNE.  

Voilà qui est rassurant.             

Une source bien au fait du dossier (lire ici le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant) nous a confirmé l’information mercredi en pleine commission parlementaire.            

«Je pense que l'expérience qu'on a eue cet été, par exemple, avec le Festival d'été de Québec, là, montre que c'est très facile de réaliser un festival avec succès sans qu'il y ait nécessairement de cannabis fumé», a déclaré le ministre Carmant.           

Wait what?  

A-t-il été au même FEQ que moi?? Est-ce que le ministre a passé les 10 jours du festival à la Place de la famille du lait au parc de l’Esplanade? C’est vrai que l’atelier «fabrique ta slime» avait l’air trippant, mais quand même...            

Le député libéral Enrico Ciccone est revenu à la charge quelques instants plus tard.            

«Mais peut-il me confirmer sans l'ombre d'un doute que personne n'a fumé du cannabis pendant ces festivals-là?»            

Ce à quoi le ministre a répondu: «Tout ce que je peux dire, c'est qu'il n'y a pas eu d'incident qui a été rapporté, donc... mais évidemment, c'est impossible pour moi de dire hors de tout doute.»            

Pas d’incidents, donc pas de consommateurs? En suivant cette logique, on peut aussi déduire qu’il n’y a pas de fumeurs de cannabis aux Tam-Tams sur le mont Royal puisqu’il n’y a pas d’incidents.             

Je suis désolée de contredire le ministre Carmant, mais il y avait des fumeurs de cannabis au FEQ.             

Je le sais parce que je suis entrée sur le site avec un joint dans la brassière plusieurs fois.             

J’ai fumé mon joint, dans une foule d'adultes. Est-ce que des enfants m'ont vue? Peut-être. Mais je précise que pendant ce temps, Éric Lapointe, sur scène, enfilait les Coors light à la vitesse d’un étudiant de l’UQAM qui descend ses premiers pichets de bière à 6$ au Café Campus un petit mardi.             

Ne le dites pas trop fort, mais Kevin Parent ne semblait pas à l’eau claire non plus.             

C'est normal. C’est un festival de musique, ciboulette! Pas le Défi Pierre Lavoie!           

Flashback 1995  

J’ai fumé mon premier joint dans un concert de Green Day au Centre Molson. Des filles devant moi ont fait tourner le joint comme si on se connaissait. Je l’ai pris. C’est comme ça que je suis devenue ado. Bien avant le sexe, le cuites, les sorties par la fenêtre de ma chambre en cachette, les Vans Warped tour et les cœurs brisés.            

Green Day a joué 45 minutes avant que Billie Joe ne détruise sa guit en criant: «Welcome to Montreal, Fuck you!» Ça s’est terminé comme ça.            

C’était un show très moyen, on va se le dire.             

Le lendemain je suis retournée à mon collège de filles sur la Rive-Sud de Montréal. Pis c’est tout. Je n’ai pas sombré dans le stupre et la fornication.             

Retour au FEQ, juillet 2019  

Lors du spectacle de Lynyrd Skynyrd, j’ai vu un gars en shorts et en camisole camo (comment ai-je pu le voir?) avec des bottes de cow-boy. Il a fini une Coors, a roté, puis a gossé sur sa cannette. Et bien 5 minutes plus tard, ce digne héritier de Duck Dynasty fumait du hash en utilisant sa cannette comme une pipe.             

Ingénieux, débrouillard... et un brin motté.             

Mais tout ça pour dire que ma brassière boostée de Great White Shark et la pipe de camo dude n’ont été une menace pour personne. Si un enfant a assisté au spectacle de Slipknot à 22h un soir de semaine, je suis pas mal certaine qu’il a été davantage perturbé par le gars avec un masque sur la scène qui frappait un keg avec un batte de baseball en feu que par l’odeur de pot.            

  

Exemple de concert qui n'a pas eu lieu sur la scène familiale du FEQ
Photo Simon Clark
Exemple de concert qui n'a pas eu lieu sur la scène familiale du FEQ

  

La raison pour laquelle il n’y a pas eu d’incidents, c'est que les policiers sont déjà occupés ces soirs de festival. S’il fallait qu’ils partent en peur chaque fois que ça sent un peu le weed, ils n’en verraient pas le bout.             

C’est pour cette raison que le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) a récemment fait savoir au gouvernement qu’il n’était pas réaliste de vouloir interdire le cannabis dans les festivals, comme le prévoit le projet de loi 2 de la CAQ.            

«On prône une approche pragmatique, un encadrement réaliste, avait expliqué Martin Roy, PDG du REMI en entrevue au Québec Matin à LCN. Pour l’instant, ce projet de loi nous semble être davantage une déclaration de principes, car je ne vois pas comment on va pouvoir l’appliquer.»            

Le regroupement suggère plutôt d’aménager des espaces réservés aux fumeurs sur les sites des festivals.            

Je ne peux pas parler pour camo dude, mais s’il y avait une zone délimitée pour les fumeurs, j’y serais allée, moi.            

Et peut-être que l’exemple du FEQ où il n’y a pas eu d’incidents malgré la présence de plusieurs fumeurs de cannabis vient surtout illustrer ce que plusieurs disent depuis des mois: c’est possible de consommer tout en faisant preuve de gros bon sens et fumer un joint ne fait pas sombrer la société dans le chaos.              

Personne ne parle d’installer un fumoir à la Fête des neiges ni de faire des blasts avec le Bonhomme Carnaval.             

Juste de ne pas se mettre la tête dans le sable et de trouver un compromis pour accommoder des consommateurs d’une substance légale pendant des festivals de musique où on vend de la mauvaise bière et où des adultes veulent juste s'amuser un peu.         

  

PSST: pour voir l’intervention du ministre, allez voir la très désopilante Zone Assnat, ici.