/sports/golf
Navigation

Tanguay perd du terrain

La Québécoise recule au 25e rang du classement de l’Omnium canadien

Anne-Marie Tanguay se retrouve à huit coups de la meneuse à l’Omium canadien.
Photo Golf Canada Anne-Marie Tanguay se retrouve à huit coups de la meneuse à l’Omium canadien.

Coup d'oeil sur cet article

AURORA, Ontario | Une mauvaise séquence tôt en matinée, vendredi, a plombé la ronde d’Anne-Catherine Tanguay à l’Omnium canadien.

Un boguey et deux doubles bogueys du quatrième au sixième fanion l’ont fait glisser du second au 25e rang au club de golf Magna, à Aurora, à huit coups de la meneuse Nicole Broch Larsen. La Québécoise n’a toutefois pas lâché le morceau.

Elle a réparé ses gaffes avec trois oiselets avant de commettre un boguey au 18e. Résultat final : une carte de 74 (+2) qui la faisait reculer au tableau avec un cumulatif de -4 à égalité avec 12 autres golfeuses.

« C’était un départ très difficile. Mais je suis contente d’être revenue dans la course. Honnêtement, je me sentais très bien. Je jouais même mieux que la veille. J’étais surprise d’avoir commis des erreurs en début de ronde. C’était un manque d’engagement envers mes décisions et des erreurs d’exécution. Quelques-unes d’entre elles étaient d’ailleurs questionnables. Elles ont coûté cher », a expliqué la golfeuse.

Non loin de là, rusé, son cadet et amoureux, Jean-Hubert Trahan, n’a pas voulu commenter le passage à vide qui a duré près d’une heure en tournant sa langue sept fois avant de parler. Il a toutefois raconté une position précaire dans une fosse de sable d’allée qui a mené à une balle frappée hors limite.

« J’ai réussi à garder le contrôle. La ronde n’était pas terminée. Il restait encore beaucoup de golf à jouer pour me reprendre. J’ai réussi à revenir en réalisant trois oiselets. Je suis satisfaite. J’ai réussi à bâtir mon rythme », a-t-elle souligné.

Tanguay aura pour mission en troisième ronde de chasser les golfeuses la précédant. Une position qu’elle préfère plutôt que d’être la proie. « Les yeux ne sont pas sur moi. C’est mieux ainsi. »

Elle est l’unique des cinq Québécoises à avoir résisté au couperet qui est tombé à -1. Maude-Aimée LeBlanc (+3), Valérie Tanguay (+7), Brigitte Thibault (+12) et Céleste Dao (+13) ont toutes plié bagage.

Henderson dans la course

Avec sa carte de 69 (-3), Brooke Henderson a rendu les choses intéressantes en prévision des rondes du week-end. Occupant le troisième rang à égalité avec Pajaree Anannarukarn à -9, elle accuse un retard de trois petits coups sur la Danoise Broch Larsen.

La championne en titre n’a donc pas dit son dernier mot, elle qui souhaite l’emporter dans sa province natale.

Contrairement à la veille, Henderson n’a pas navigué simplement sur le Magna, se compliquant quelques fois la vie en devant caler de longs roulés pour des normales. Elle a tout de même évité les bogueys. « J’ai joué solidement, mais pas aussi efficacement. Je n’ai pas profité d’autant d’occasions d’oiselets. »

« Je suis satisfaite de mon classement. Je suis près de la tête même si je pouvais mieux faire aujourd’hui. Je suis confiante pour la suite. Il faudra des oiselets à la tonne. »

En effet, puisque la meilleure golfeuse au monde, Jin Young Ko, chasse également Larsen, à un seul coup derrière.