/sports/baseball
Navigation

Abraham Toro : «Il a un mental extrêmement fort»

Abraham Toro
Photo AFP Abraham Toro

Coup d'oeil sur cet article

Si Abraham Toro a réussi à faire son chemin jusqu’à la meilleure ligue de baseball du monde, c’est en raison de sa force mentale, selon son ancien coéquipier Philippe Berthiaume.

«Il a un mental extrêmement fort et c’est payant pour lui présentement», a indiqué celui qui est présentement à Houston pour voir son ami faire ses premiers pas avec les Astros.

«Il ne semble pas impressionné par ce qu’il vit. Je le regarde jouer et j’ai l’impression qu’il joue à ce niveau depuis cinq ans. Il a toute une prestance.»

Berthiaume a côtoyé Toro en Oklahoma, alors que les deux Québécois évoluaient dans le programme de baseball du Seminole State College en 2015-2016.

«Nous n’avions jamais joué au baseball ensemble au Québec. À Seminole, nous avons rapidement développé une belle relation et nous sommes devenus très proches. C’était un milieu difficile et stressant, donc d’être avec un autre Québécois c’était super plaisant. Ensemble, nous avons passé au travers de certaines épreuves.»

Déjà à cette époque, Berthiaume avait l’impression que le natif de Longueuil avait ce qu’il fallait pour atteindre le baseball majeur.

«Honnêtement, c’est le premier gars avec qui j’ai joué dont je me disais «s’il ne joue pas un jour dans les majeurs, je ne sais vraiment pas ce que ça prend». Abraham a un talent spécial et un mental hors du commun. Il pense une journée à la fois. S’il est dans une mauvaise séquence, ça ne se ressent pas. Je pense que c’est cela qui va lui permettre d’avoir une longue carrière.»

Cap sur Houston

Berthiaume n’a pas hésité une seule seconde quand il a appris que Toro avait été rappelé par les Astros, en milieu de semaine.

«J’ai toujours dit à Abraham que peu importe où serait son premier match dans le baseball majeur, j’y serais. Même si ç’a avait été au Japon!»

Tenant sa promesse, le jeune homme de 23 ans s’est joint à un groupe de six personnes, dont la mère de Toro, qui ont fait le voyage au Texas. Il a ainsi pu prendre le pouls de son ancien coéquipier après son premier match, jeudi soir, contre les Tigers de Detroit.

«Après son premier match, nous l’avons rejoint dans sa chambre d’hôtel pour discuter et prendre une bonne bière bien méritée», a dit Berthiaume.

«Abraham, c’est quelqu’un de très calme, il est toujours en contrôle et il l’était également après son premier match. Évidemment qu’il était excité, mais il n’était pas surpris d’être dans le baseball majeur. Il mérite d’y être en ce moment et il le sait.»

Si Toro est toujours très calme, ses proches se permettent de vivre l’excitation de ce moment.

«C’est hallucinant comme expérience. Nous faisons le party dans les estrades. Nous avons le sourire collé dans le visage depuis jeudi dernier.»