/opinion/columnists
Navigation

La grande trahison de la gauche égarée

Coup d'oeil sur cet article

La plus importante commission scolaire du Québec, la CSDM, va finalement rentrer dans le rang et faire appliquer la loi sur la laïcité dès la rentrée.

J’espère que ces gens ne s’attendent pas à ce qu’on les félicite d’obéir à une loi votée par un parlement démocratique, issue d’un engagement sur lequel le peuple s’est prononcé lors d’élections libres.  

Le plus renversant n’est pas la décision des commissaires.  

Le plus renversant est que ces commissaires qui cherchaient des moyens de se soustraire à la loi sont convaincus d’être dans le camp du progrès éclairé.  

Creusons cette posture.  

Radicale 

Certes, chacun est libre, à l’intérieur de certaines limites, de choisir l’intensité de sa foi. 

Mais mettons-nous un instant dans la tête d’une personne qui tient absolument à afficher sa religion, qui ne peut accepter la moindre limitation, qui envisage la désobéissance civile ou le recours aux tribunaux.  

Me concédez-vous que cette personne peut être qualifiée de « radicale » ?  

Si ce mot vous dérange, vous direz que « sa foi est bien trempée », ou qu’elle a des « convictions fortes », ou ce que vous voulez, mais cela revient au même : on est en face de quelqu’un qui ne rigole pas et qui met sa conception de sa religion au-dessus de la loi humaine.  

Prenons l’exemple au centre de l’immense majorité des controverses : le voile islamique.  

La grande majorité des femmes musulmanes ne le porte pas, et, parmi elles, plusieurs luttent contre les pressions de toutes sortes pour le porter.  

J’aimerais que les « progressistes » de chez nous, qui se définissent souvent aussi comme « féministes », répondent à une question toute simple : ne voient-elles pas, ne voient-ils pas qu’en soutenant cette frange radicale des musulmans, on sape le combat des musulmans qui se battent contre le fanatisme religieux ?  

Poussons plus loin 

Au Québec, on peut dire ou écrire presque n’importe quoi sans grand danger.  

Dans des pays du Moyen-Orient, une féministe qui se bat contre le voile, contre la misogynie, pour des droits qui, chez nous, vont de soi depuis longtemps, risque la violence, la prison, la mort.  

Imaginez cette féministe qui, dans son cachot moyen-oriental, apprend que nos progressistes-féministes d’ici défendent le « droit » de celles qui s’habillent comme le souhaitent ses geôliers.  

Elle se serait attendue à ce que les progressistes-féministes d’ici soutiennent les progressistes-féministes de chez elle, non ?  

Trahison  

Non ! Celles d’ici soutiennent ses oppresseurs !  

Imaginez son sentiment quand elle réalise qu’elle se fait tirer dans le dos par ses « amies » d’ici, toutes pétries de bonne conscience « progressiste » et « éclairée ».  

Imaginez la satisfaction de ses geôliers de voir que leur prisonnière n’a pas l’appui de celles qu’elle espérait.  

Imaginez-les en train de rigoler quand ils voient certaines de nos progressistes-féministes travailler avec zèle à faire avancer chez nous leur programme théologico-politique d’expansion et de soumission.  

Quand la « diversité » devient prétexte pour courber l’échine devant l’obscurantisme et pour tirer dans le dos des opprimées d’ailleurs, c’est l’illustration définitive d’une gauche qui marche sur la tête.