/finance/business
Navigation

Le prix des billets d’avion inquiète les voyageurs

Coup d'oeil sur cet article

L’achat de Transat par Air Canada suscite l’inquiétude des voyageurs. Les clients de Transat rencontrés samedi à l’aéroport de Montréal redoutent une flambée des prix, a constaté TVA Nouvelles.

«Il n’y aura plus de compétition dans les prix», s’inquiète Sylvie, une touriste en direction de Cuba. «Moins de choix, c’est jamais une bonne nouvelle», lance Alex, un client d’Air Canada en quittant pour la Colombie. «Plus de pouvoir pour eux, moins pour le passager!» s’exclame Martin, un autre vacancier.

Les voyageurs ont-ils raison de s’inquiéter? «Vraiment! C’est une transaction très risquée pour le marché canadien», répond Jacob Charbonneau, président de volenretard.ca. La hausse des prix pourrait être subtile et progressive», met-il en garde. Des services gratuits pourraient devenir payants, par exemple.

Consolidation

En mettant la main sur Transat, Air Canada dominera le ciel canadien plus que jamais. Le transporteur détiendra dorénavant 64 % du marché vers l’Europe et 46 % vers les Caraïbes. Une concurrence largement inférieure à celle observée aux États-Unis, où le plus gros joueur, American Airlines, ne détient que 18 % des parts de marché.

Selon Louis Hébert, professeur de stratégie économique à HEC Montréal, l’impact de la transaction sera inévitable pour les voyageurs. «On ne parle pas de doubler les prix du jour au lendemain, souligne-t-il. Mais il n’y aura pas de pression à la baisse, ça c’est certain.»

M. Hébert cite l’exemple du marché européen, qui a connu une forte consolidation ces dernières années. «Ce qu’on a pu observer avec la consolidation des transporteurs aériens, c’est une augmentation des prix.»

Il estime que la hausse des prix, combinée à des réductions de coûts, pourra permettre à Air Canada de rentabiliser son acquisition, réalisée au prix de 720 millions $.