/entertainment/tv
Navigation

Pénélope McQuade: «Cette émission arrive à un bon moment dans ma vie»

Pénélope McQuade: «Cette émission arrive à un bon moment dans ma vie»
Photo d'archives, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

À partir du 26 août, Pénélope McQuade animera une nouvelle émission tout simplement intitulée Pénélope, du lundi au vendredi, de 9h à 11h30. 

L’animatrice ne s’attendait pas à ce que la direction d’ICI Radio-Canada Première lui propose de reprendre la case horaire de Médium Large à la suite du départ de Catherine Perrin. 

«Cette proposition est arrivée par surprise, car je travaillais déjà sur une nouvelle émission pour la télévision. Mais c’était un immense plaisir, parce que cette case horaire est, selon moi, la meilleure de la radio. C’est celle que j’ai le plus écoutée dans les 20 dernières années. Penser que je vais succéder à des femmes qui ont été des modèles pour moi, comme Marie-France Bazzo, Christiane Charette et Catherine Perrin, c’est à la fois réjouissant et anxiogène. Je sais que les attentes sont élevées, que l’auditoire est habitué à un standard très élevé de réflexions et de conversations, mais c’était en même temps le scénario parfait pour moi.» 

L’animatrice est contente de ce nouveau rendez-vous quotidien avec le public. 

«Et, contrairement à la télévision, je vais me sauver de deux heures de maquillage et de coiffure. Près de 80% de mon temps sera consacré au travail sur le contenu. Je vais donc pouvoir préparer encore plus mes entrevues et mes interventions.» 

Rigueur et plaisir 

Dans les dernières années, la citoyenne Pénélope McQuade s’est beaucoup exprimée sur différents enjeux de société, et elle continuera à le faire. 

«Cette émission arrive à un bon moment dans ma vie. Tous les mouvements sociaux auxquels on assiste depuis quelques années, je les analyse, je les regarde, je les vis et les décortique. Ce nouveau mandat arrive aussi au tournant de la cinquantaine. Je passerai probablement mes 50 ans derrière ce micro, c’est idéal pour moi.» 

La rigueur et la profondeur dans le traitement des sujets seront les mêmes que les années précédentes. Toutefois, Pénélope compte y ajouter sa touche personnelle. 

«Les lunettes avec lesquelles je vois le monde sont différentes de celles des animatrices précédentes. Le choix de sujets sera aussi teinté de mes expériences et de ma curiosité, des enjeux que je connais moins et que j’ai envie d’approfondir. Il y aura peut-être plus d’humour, parce qu’à travers tous les sujets que j’aborde, il y a toujours un petit angle humoristique.» 

Extrêmement lucide, elle s’attend également à ce que son arrivée ne se fasse pas forcément dans le calme. 

«Je suis très spontanée, et je sais que j’aurai l’air fou plusieurs fois par jour. Je suis un peu brouillon et instinctive, mais je me donne le droit à l’erreur. Par contre, je ne sais pas à quel point le public de cette case horaire me donnera droit à l’erreur.» 

Une solide équipe 

Pénélope McQuade ne voulait pas de chroniqueurs autour de la table, mais elle aura des collaborateurs réguliers avec lesquels elle amorcera des discussions. 

«On veut avoir beaucoup de membres de la diversité sexuelle et des diversités culturelles dans l’émission, tout au long de la semaine. On entendra également des anglophones, une femme voilée... Des voix qu’on n’entend pas souvent s’exprimer sur des enjeux généraux.» 

Chaque semaine, l’animatrice fera également une longue entrevue d’une heure avec une personne qui est dans le feu de l’actualité. 

«On parlera également de culture différemment. Habituellement, on traite l’actualité culturelle comme un agenda. On va tenter de sortir un peu de ça avec la bande des quatre — composée de Nathalie Petrowski, Franco Nuovo, Marc Cassivi et Rebecca Makonnen —, qui viendra discuter de produits culturels. On leur donnera une heure par semaine pour parler de ce qu’ils veulent; ça peut être un spectacle ou un film qu’ils ont vu il y a six mois, ou encore juste une discussion sur les enjeux culturels.»