/weekend
Navigation

«C’est l’album le plus facile que j’ai fait» -Fred Fortin

Fred Fortin Microdose
Photo courtoisie, Manon Landry Fred Fortin lance un nouvel album un peu plus de trois ans après son précédent, Ultramarr.

Coup d'oeil sur cet article

Entre les projets de Gros Mené et Galaxie, Fred Fortin continue de mener une très intéressante carrière solo depuis plus d’une vingtaine d’années déjà. L’auteur-compositeur jeannois, à l’aube de la cinquantaine, nous arrive avec un album-surprise, Microdose, son sixième disque solo. Le Journal s’est entretenu avec lui.

Pourquoi avoir décidé de sortir un album-surprise « à la Beyoncé » ?

« Haha ! Il y a plusieurs raisons. Au départ, je voulais juste faire un petit EP (mini-album) l’automne dernier. J’avais un noyau de tounes. Mais je travaillais sur autre chose en même temps et je ne suis pas trop emballé par les EP... Finalement­­­, je me suis aperçu que j’avais assez de chansons pour faire un album complet, alors j’ai décidé de les sortir. C’est un mélange de pièces conçues pour ma tournée homme-orchestre­­­ avec des tounes satellites que j’ai faites dans mon chalet. »

L’inspiration est-elle venue facilement pour ce sixième disque solo ?

« C’est l’album le plus facile que j’ai fait. Je ne l’ai pas vu arriver du tout ! Le gros noyau s’est fait en quelques jours. J’étais super crinqué, motivé. Je changeais de guitare et ça changeait de propos. J’enregistrais tout vite. C’est pour ça que les chansons sont bien brutes. C’était un peu l’idée que j’avais au départ. »

Le disque s’est encore une fois enregistré dans ton studio de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean. Retournes-tu souvent là-bas ?

« J’habite avec ma famille à Montréal, mais je vais là-bas quasiment aux deux semaines. En fait, dès que j’en ai l’occa­sion, je m’en vais là-bas. Avec les enfants­­­, on a passé tout l’été au Lac-Saint-Jean. Je suis venu à Montréal peut-être quatre jours dans tout l’été. Dans ma tête, “chez nous”, c’est là-bas. C’est là que je fais de la musique. »

Parmi les collaborateurs, Olivier Langevin­­­ est de retour avec toi sur cet album. Te verrais-tu faire un projet solo sans lui ?

« On est tout le temps ensemble ! Que ce soit avec Galaxie, Gros Mené... Mais on connaît nos rôles dans la musique de chacun. On est bien avec ça. Il y a aussi une liberté. Si Olivier veut engager telle personne pour faire son album, il le peut. Éventuellement, on va peut-être faire un Corbach de nous-mêmes (rires) ! »

Avez-vous déjà fait un spectacle en mélangeant tes chansons solos avec celles de Galaxie et Gros Mené ?

« Ah non, on ne touche pas à ça. On ne veut pas créer ce monstre-là ! Des fois, on se fait crier de jouer des tounes de Galaxie pendant un show de Gros Mené, ou l’inverse. Dans ce temps-là, on fait comme si on ne connaissait pas l’autre band ! Mais ça n’arrive pas souvent. Les gens ont compris ça et le respectent. »

La très belle pochette de Microdose est un clin d’œil évident à l’album Wish You Were Here, de Pink Floyd. Pourquoi cette idée ?

« Je ne sais pas comment c’est arrivé. Martin [Bureau, l’illustrateur] est arrivé avec ça. Au début, il voulait mettre un clochard avec l’homme d’affaires. Puis c’est devenu un chien. J’aimais vraiment ça. »

Parlant de chien, la pièce Wendy parle de ta chienne du même nom qui est décédée l’an dernier. Ce départ a-t-il été difficile à vivre pour toi ?

« Oui, c’était la chienne de la famille. Elle est décédée d’un cancer à neuf ans et demi. On l’avait adoptée à l’âge adulte. Elle m’accompagnait tout le temps au chalet. On ne se rend pas compte à quel point on s’attache aux chiens. Ça occupe une place importante. Quelque temps après son départ, ma fille a commencé à m’envoyer des photos de chiens tous les jours. J’ai fini par accepter qu’on adopte un autre chien. On a maintenant Nicole, une golden retriever de deux mois. C’est souvent moi qui dois me lever la nuit pour la sortir (rires) ! »

Qu’est-il prévu pour l’automne avec les spectacles ?

« On a des shows de Galaxie jusqu’en octobre. On va terminer la tournée à ce moment-là. Et on va commencer une tournée en duo avec Olivier [Langevin]. Ç’avait été annoncé comme une tournée solo, mais il sera la plupart du temps avec moi. On va intégrer le nouvel album tranquillement là-dedans. [...] On avait déjà fait des shows en duo au début des années 2000. Après avoir relevé le défi de l’homme-orchestre, je trouvais ça le fun d’intégrer Olivier au spectacle. »


► Le sixième album de Fred Fortin, Microdose, est sur le marché.