/news/currentevents
Navigation

Dénoncer haut et fort les attaques homophobes, dit la mère de Markantoine

Coup d'oeil sur cet article

 La mère du designer montréalais Markantoine Lynch-Boisvert, qui a sa propre griffe MARKANTOINE, déplore l’attaque homophobe dont son fils de 29 ans et son amoureux ont été victimes dans Charlevoix à la sortie d’un bar alors que le couple y célébrait le lancement de la première capsule du jeune créateur chez Simons.   

 «Depuis hier, j’ai plein de messages de gens qui se sont fait attaquer, qui ont été brutalisés, qui s’enferment chez eux et qui n’en parlent pas. Bien, parlez-en. Il ne faut pas laisser faire ces choses-là, il faut vraiment en parler», a souligné Chantal Lynch au cours d’une entrevue à TVA Nouvelles. 

 Markantoine Lynch-Boisvert, qui habille les vedettes montantes et qui a son atelier rue Amherst, à Montréal, a fait une sortie dans les médias sociaux afin de dénoncer l’agression dont son copain Alex et lui ont été victimes. 

 «Un weekend à Charlevoix qui tourne au cauchemar. J’entends encore un des gars qui dit: “Arrête tu vas le tuer” à celui qui me bottait le visage librement. Alex qui se débattait pour essayer de m’aider, la peur dans ses yeux. Tout ça qui a commencé par “un esti de fif”, moi qui demande c’est quoi son problème avec les soi-disant fifs et comme réponse, j’ai droit à un coup de tête. Je suis étourdi, triste. Ce n’est pas fini», a-t-il écrit sur Facebook. 

 Opération au visage 

 Markantoine devra être opéré selon sa mère. «Il reste encore la reconstruction faciale. Les médecins attendent que ça désenfle. Il en a encore pour des semaines et des mois», a expliqué Chantal Lynch. 

 Malgré tout le chemin parcouru dans la lutte contre l’homophobie, la mère de Markantoine estime qu’il y a encore beaucoup à faire en matière d’acceptation. «On ne peut pas croire ça, car pour nous ce n’est même pas discuté dans notre maison. Tous les gens sont normaux et nous les aimons comme ils sont. Markantoine a été élevé à aimer tout le monde dans leurs différences. On ne peut donc pas comprendre que des gens agissent comme ça», a soutenu Mme Lynch. 

 Dans un nouveau message sur Facebook, Markantoine a appelé à ne pas boycotter la région où son fiancé et lui ont été rudoyés. «C’est triste, c’est souffrant pour notre communauté, même notre société complète. Merci pour tous les bons commentaires et l’amour qui nous est porté. Dernière chose, NO BOYCOTT de la Malbaie/Charlevoix, c’est un cas isolé et un trop beau coin de pays pour être mis de côté.»

ÉCOUTEZ l'entrevue de Laurent Breault, directeur général de la fondation Émergence, sur QUB radio: