/news/currentevents
Navigation

Deux policiers en civil attaqués à Montréal

La scène a été filmée par des passants près d’un parc

GEN-Poste de police de quartier le 21
Photos Agence QMI, Mario Beauregard Les deux policiers qui ont été battus avaient terminé leur quart de travail au poste de quartier 21 à Montréal. Des témoins ont filmé la scène et l’ont partagée sur le web.

Coup d'oeil sur cet article

Deux policiers de Montréal ont été roués de coups par un groupe de personnes dans la nuit de vendredi à hier, aux abords de la place Émilie-Gamelin, a appris Le Journal.

Ils étaient en civil et avaient fini leur quart de travail au poste de quartier 21 situé tout près, selon nos informations.

Dans des vidéos que Le Journal a pu consulter, on voit l’un des policiers échanger avec trois personnes avant d’être poussé au sol brusquement, sur la rue Sainte-Catherine Est, pendant que son collègue s’approche du groupe.

Les deux agents sont ensuite roués de coups de pied et de poing par au moins six individus.

Insultes

L’un d’eux reçoit quatre coups de pied, tandis qu’il est allongé sur le côté, au sol.

GEN-Poste de police de quartier le 21
Capture d'écran Facebook

Des insultes sont criées pendant l’agression.

« Police en civil ! Tu t’es fait craquer. [...] You fucking bitch ! You’re not tough now [maudite salope, tu n’es pas fort maintenant] », lance un homme qui a filmé la scène.

On l’entend ensuite lancer « Put him to sleep ! [Fais-le dormir] », après qu’un homme a asséné un crochet de droite à la poitrine d’un policier qui tombe au sol.

La vidéo se termine pendant qu’un agent se tient debout par-dessus son collègue qui est toujours au sol, dans une entrée d’immeuble.

« Fuck da police » apparaît sur la vidéo, accompagné de bonshommes sourire.

GEN-Poste de police de quartier le 21
Capture d'écran Facebook

Deux suspects

Selon nos sources, ils ont subi des blessures qui ne mettent pas leur vie en danger et ont eu leur congé de l’hôpital.

Deux suspects se seraient déjà fait mettre la main au collet, mais il resterait des arrestations à faire.

Pour l’instant, il a été impossible de savoir ce qui a mis le feu aux poudres.

Le Service de police de la Ville de Montréal ne confirme pas l’événement et la Fraternité des policiers et policières de Montréal n’a pas voulu commenter.