/sports/hockey
Navigation

Lars Eller dans l’incertitude

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Capitals de Washington Lars Eller aura assurément de nouveaux compagnons de trio cet automne après les départs de Brett Connolly et d’Andre Burakovsky.

Depuis l’ouverture du marché des joueurs autonomes, le 1er juillet, le directeur général Brian MacLellan a ajouté les ailiers Richard Panik, Garnet Hathaway et Brendan Leipsic, pour ne nommer que ceux-ci.

Eller, acquis du Canadien de Montréal en juin 2016, ignore les responsabilités exactes qui lui seront confiées la saison prochaine, mais il se dit optimiste en vue de la campagne 2019-2020.

«Ça va être différent», a-t-il déclaré au réseau NBC Sports, au cours de la dernière semaine. «Connolly et Burakovsky sont ceux avec lesquels j’ai probablement passé le plus de temps ici. Nous avons connu beaucoup de succès tous les trois. Mais ce sera un nouveau défi, et j’ai une bonne impression des gars avec qui je vais probablement jouer.»

De son propre aveu, Eller aura comme premier défi de demeurer en santé. Malgré une récolte de trois points en sept matchs, un malaise au bas du corps l’a ralenti pendant les séries éliminatoires. L’attaquant a ensuite représenté le Danemark au Championnat mondial de hockey et il y a aggravé la blessure dont la nature exacte n’a pas été précisée.

«Ça s’est empiré, et je me suis retiré après trois matchs, a-t-il raconté. J’ai pris le temps nécessaire de bien me soigner et de développer mon programme d’entraînement des premières semaines en fonction des traitements [...]. Je ne veux pas que ça revienne m’ennuyer.»

Un été plus long que l’an dernier

Le printemps dernier, c’est l’orgueil d’Eller qui a été blessé, puisque les Capitals ont été incapables de répéter leur conquête de la coupe Stanley. L’équipe a subi une élimination hâtive au premier tour, en sept matchs, aux mains des Hurricanes de la Caroline.

Heureusement pour lui, la longue saison morte lui a permis d’avoir le repos et la convalescence nécessaires pour se présenter au camp dans une forme optimale.

«[L’été] est un peu plus long que l’an dernier. J’ai profité de tout le temps dont j’avais besoin pour m’éloigner et préparer mon corps pour la prochaine saison», a-t-il expliqué.

En 81 rencontres en 2018-2019, Eller a inscrit 13 buts et 36 points, conservant un pourcentage d’efficacité de 49% dans le cercle des mises au jeu.