/news/currentevents
Navigation

Un employé récemment congédié aurait mis le feu à des camions

Le propriétaire de la compagnie de transport estime les dommages à 200 000$

Incendie
Photo Alex Drouin Les camions incendiés samedi soir à Montréal sont des pertes totales, selon ce que le président de la compagnie de transport a pu apprendre dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire d’une entreprise de transport de Montréal dont la moitié des véhicules ont été incendiés samedi soir soupçonne un employé congédié qui aurait voulu se venger.

« C’est quelque chose que l’on voit seulement dans les films », s’est exclamé le propriétaire de la compagnie à numéro, Christos Christopoulos, rencontré dimanche matin.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal, un témoin aurait aperçu vers 23 h 10 des camions cubes qui brûlaient sur la rue Bombardier dans un secteur industriel de l’arrondissement d’Anjou.

Incendie
Pascal Girard/AGENCE QMI

Les pompiers ont maîtrisé l’incendie et ont demandé une enquête aux policiers, en raison de « circonstances suspectes ».

« Quand je suis arrivé samedi soir, j’étais sous le choc », a commenté M. Christopoulos.

À son arrivée, le feu venait tout juste d’être éteint.

« Je suis étourdi par ce qui s’est passé et parfois je me dis que ce n’est pas vrai », ajoute l’homme d’affaires qui estime les dommages à 200 000 $.

Installé sur la rue Bombardier depuis un peu plus d’un an, M. Christopoulos assure qu’il s’agit d’un secteur très tranquille.

« Il n’y a pas un chat les soirs », a-t-il illustré.

Incendie
Pascal Girard/AGENCE QMI

Six ou sept véhicules

Celui-ci ignore si ce sont six ou sept véhicules de sa compagnie qui ont brûlé puisqu’il n’a pas eu accès à la zone incendiée.

Mais il sait que son camion de 26 pieds est une perte totale ainsi que ses cinq ou six véhicules de 12 pieds.

Ces camions servent principalement au transport de la nourriture.

« On est en mode solution pour essayer de trouver des camions de livraison pour lundi, mais c’est difficile puisque tout est fermé », a déploré M. Christopoulos.

Ex-employé agressif

M. Christopoulos cherchait encore des réponses dimanche, mais il croit qu’il pourrait s’agir d’un ex-employé qui a été limogé au cours des derniers jours, et qui se serait vengé.

« On ne sait pas vraiment, mais il était très agressif [lors de son congédiement] », a relaté le propriétaire.

Dimanche, les enquêteurs ont procédé à l’analyse de la scène ainsi qu’au visionnement des images des caméras de surveillance sur lesquelles un suspect potentiel serait visible.

– Avec l’Agence QMI