/sports/soccer/impact
Navigation

Un entraînement public pour recharger les batteries

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Il n’y a rien de mieux qu’un entraînement public pour remonter le moral des troupes. La présence des partisans au Stade Saputo, dimanche, tombait donc à point pour les joueurs de l’Impact de Montréal.

N’ayant signé qu’une seule victoire (1-7-1) à ses neuf dernières sorties dans la Major League Soccer (MLS), l’Impact était de retour en sol québécois pour divertir ses partisans, avec des matchs de «footvolley» et un concours de précision à l’aide de la barre transversale du filet.

Bien entendu, les résultats n’étaient que secondaires. Au terme de cette séance d’entraînement assez légère, les joueurs ont signé des autographes et posé pour quelques clichés avec les amateurs.

«Rien ne nous permet d’oublier une défaite comme celle-là, mais de rencontrer les partisans qui viennent, après les défaites comme les victoires, pour nous appuyer, c’est important pour nous, a dit Evan Bush. Ça nous donne plus de motivation pour continuer à nous battre et à pousser.»

Le gardien, habituellement de nature compétitive, a même passé l’éponge sur un revers au «footvolley» en compagnie de ses coéquipiers Clément Diop et James Pantemis.

«Nous sommes gardiens. Nous ne sommes pas censés gagner ce genre de partie. Mais nous avons gagné le match de consolation! On peut garder la tête haute avec cette troisième place», a-t-il dit en rigolant.

Plaisir partagé

Même s’il est à l’écart depuis quelque temps en raison d’une blessure, Samuel Piette était lui aussi bien content de rencontrer les partisans. Il s’est d’ailleurs longuement attardé sur le terrain pour signer des autographes.

«On peut déconnecter de la pression qu’on a chaque jour, a-t-il affirmé. Savoir que les partisans sont là pour nous même dans les moments difficiles, ça fait toujours du bien. Si on est capables de rendre les gens heureux en signant un maillot, ça nous fait plaisir, évidemment.»

Patrice Bernier, lui, croit que ce genre d’événement a permis aux joueurs de se changer les idées avant d’accueillir les Whitecaps de Vancouver. «On a vu les gars rire un peu plus. Il faut nous ressourcer, car nous avons un gros match mercredi», a-t-il affirmé.