/entertainment/movies
Navigation

Un premier rôle sur grand écran

La nageuse médaillée Katerine Savard fait le saut au cinéma

 La nageuse Katerine Savard sur le plateau de tournage. 
Photo Agence QMI, Joël Lemay La nageuse Katerine Savard sur le plateau de tournage. 

Coup d'oeil sur cet article

Deux semaines après avoir remporté deux médailles en relais aux Jeux panaméricains à Lima, la nageuse québécoise Katerine Savard était déjà de retour dans une piscine olympique la semaine dernière, mais cette fois-ci pour le tournage du film Nadia, Butterfly dont elle tient le rôle principal.

Dans un coin isolé de la piscine du Parc olympique de Montréal, le réalisateur Pascal Plante (Les faux tatouages) donne des directives à un petit groupe d’athlètes portant les couleurs du Canada. Parmi elles, on reconnaît notamment la nageuse Katerine Savard. C’est elle qui joue le personnage principal du film Nadia, Butterfly, celui d’une nageuse qui se prépare pour les derniers Jeux olympiques de sa carrière.

Pascal Plante donne des directives à ses actrices.  
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Pascal Plante donne des directives à ses actrices.  

Rencontrée vendredi dernier sur le plateau de tournage, Katerine Savard s’est dite emballée par cette première expérience dans le monde du cinéma.

« C’est sûr que ça me faisait un peu peur au début parce que je n’ai pas d’expérience dans ce domaine-là, admet la nageuse de 26 ans, spécialiste du papillon, qui a remporté une médaille de bronze au relais 4 x 200 m lors des Jeux olympiques de Rio, en 2016.

« Mais une de mes forces, ç’a toujours été de vivre le moment à fond. Je suis donc vraiment embarquée dans le projet sans trop y penser. Et là, je le vis, et j’adore ça. »

Réalisme

Le film est présentement en tournage à Montréal.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Le film est présentement en tournage à Montréal.

Ancien nageur lui-même, Pascal Plante dit avoir confié les rôles principaux de son film à de vraies nageuses par souci de véracité. Ainsi, en plus de Katerine Savard, Nadia, Butterfly met en vedette d’autres nageuses comme la Québécoise Ariane Mainville et les Canadiennes Hilary Caldwell et Cailin McMurray.

« Un corps sculpté par une vie d’entraînement et de compétition, ça ne se crée pas en quelques semaines, explique le jeune cinéaste. On n’a pas un budget hollywoodien pour entraîner des acteurs pendant des années. Ce n’est pas en deux mois que tu apprends à nager du papillon comme les meilleurs au monde. En natation, on ne peut pas faire semblant. »

Katerine Savard avait d’abord été embauchée comme consultante pour le film. Mais au fil des rencontres avec elle, Pascal Plante a eu l’idée de lui confier le rôle principal. « Katerine amène un petit pétillant, souligne-t-il. Elle est photogénique, oui, mais très expressive aussi. Mais ce n’est pas tout de bien paraître. On l’a quand même auditionnée et testée devant la caméra pour s’apercevoir rapidement que ça pouvait fonctionner. Je suis pas mal content de mon choix parce qu’elle est très bonne. Et les autres filles aussi d’ailleurs. »


Le tournage de Nadia, Butterfly se poursuit à Montréal jusqu’au début septembre. Cinq jours de tournage sont aussi prévus à Tokyo, au Japon, à la fin septembre. Le film prendra l’affiche en 2020.