/news/currentevents
Navigation

Viré après avoir fouillé le dossier de l’ex de sa copine

Un patron du Casino de Montréal l’a aidée dans son divorce

Coup d'oeil sur cet article

Un patron qui travaillait depuis plus de 20 ans au Casino de Montréal a perdu son emploi pour avoir fourni à sa nouvelle copine des données personnelles de son ex pour l’aider dans son divorce.

« La protection des renseignements personnels est un domaine sensible [...]. Il ne s’agit pas d’un terrain de jeu dans lequel tous les employés de l’entreprise sont invités à satisfaire leur curiosité au gré de leurs fantaisies ou de leurs relations amoureuses », a écrit le juge administratif Guy Blanchet, dans une récente décision.

Engagé comme croupier au Casino de Montréal en 1993, François Gouin a gravi les échelons pendant 22 ans.

En 2015, il a commis une grave erreur qui lui a coûté son poste de superviseur des opérations et chef des opérations par intérim.

François Gouin contestait son renvoi, mais le juge du Tribunal administratif du travail a récemment donné raison à l’employeur, « étant donné la rupture immédiate et irréversible du lien de confiance ».

Documents en preuve

Au moment de son congédiement, François Gouin supervisait une équipe de 70 personnes.

Il était alors nouvellement en couple avec une croupière du casino. À l’été 2015, cette dernière lui a demandé de lui fournir l’horaire de travail de son ex, aussi croupier, avec qui elle était en instance de divorce. Gouin a fini par accepter.

Sa conjointe s’est ensuite servie de ces documents au tribunal, dans le cadre de sa procédure de divorce.

Ce n’est que quelques mois plus tard que la direction du Casino a été mise au fait de cette indiscrétion.

En fait, l’ex de la nouvelle copine de Gouin s’est confié à une supérieure. Il se demandait comment son ancienne épouse avait fait pour mettre la main sur ses horaires de travail sans subpoena. Il était « fâché et ébranlé », puisque cela risquait d’influencer le montant de la pension alimentaire qu’il devait lui verser.

Il en a discuté avec une supérieure, qui a immédiatement ouvert une enquête. En moins d’une heure, on a constaté que c’est Gouin qui a consulté à deux reprises le dossier de l’ex de sa copine. Il a été rencontré puis congédié.

Ancienneté

Pour contester ce renvoi, François Gouin invoquait sa longue ancienneté, soit 22 ans de service au Casino, ainsi que son dossier disciplinaire vierge. Mais le juge a plutôt vu ces longues années de service comme un facteur aggravant.

« La faute commise remet en question son intégrité, sa compréhension de la notion de conflit d’intérêts ainsi que le respect de la confidentialité des informations concernant les employés du casino », a soulevé le juge, ajoutant que Gouin avait déjà commis une faute semblable à la demande d’une autre amie de cœur.