/world/africa
Navigation

Feux en Afrique: Greenpeace demande la fin de toute activité en forêt équatoriale

BRAZIL-GREENPEACE-TIMBER-ILLEGAL-FELLING
Photo d'Archives, AFP Feux en Amazonie

Coup d'oeil sur cet article

Kinshasa | L’ONG de protection de l’environnement Greenpeace a demandé mardi des mesures contre les incendies qui menacent les forêts du bassin du Congo, l’autre «poumon vert» mondial après l’Amazonie. 

«À long terme, les gouvernements doivent mettre fin à toutes les activités industrielles à l’intérieur de la deuxième forêt humide tropicale au monde», écrit Greenpeace dans un communiqué daté deKinshasa. 

«Depuis le 21 août, plus de 6902 feux en Angola et 3395 feux en République démocratique du Congo ont été documentés», avance Greenpeace, reconnaissant que ces feux touchent surtout « la savane »et non la forêt. 

«En Amazonie, la forêt brûle essentiellement à cause de la sécheresse et du changement climatique. Mais en Afrique centrale, c’est essentiellement dû aux techniques agricoles», comme «l’agricultureitinérante sur brûlis», a expliqué à l’AFP Tosi Mpanu Mpanu, négociateur climat pour la RDC aux conférences climat des Nations unies. 

Dans un communiqué, l’Angola s’est agacé des comparaisons hâtives avec le Brésil, «qui peuvent conduire à une dramatisation de la situation, et une désinformation des esprits les plus imprudents». 

En juillet, Greenpeace a demandé «l’annulation de tous les blocs pétroliers dans la forêt humide de la République du Congo». 

Le président Denis Sassou Nguesso a affirmé que le gisement découvert dans la région de la Cuvette (nord) est situé à la périphérie des zones humides abritant les tourbières. 

«En fait, comme le montrent nos cartes, 64% de la surface du bloc pétrolier Ngoki concerne des tourbières. Cela rend vides les déclarations suivantes de M. Sassou sur l’engagement environnementalde son régime», a commenté Greenpeace Afrique dans une déclaration à l’AFP. 

Les tourbières des forêts humides du bassin du Congo stockent 30,6 milliards de tonnes de carbone, soit trois fois la production mondiale annuelle de Co2, affirme Greenpeace, en s’appuyant sur desrecherches de l’Université de Leeds.