/entertainment/comedy
Navigation

Ils se sont habilement moqués de l'actualité

Coup d'oeil sur cet article

Notre monde est un puits d'inspiration sans fond pour les humoristes qui adorent passer en revue les événements qui façonnent la société, s'attardant au passage sur les actions et les inactions des grands décideurs. Un certain Yvon Deschamps a redéfini l'art de rire des choses qui ne tournent pas rond, mais ils ont été nombreux à apporter de l'eau au moulin. En voici une poignée.

Les Cyniques

Photo d'archives

L'humour québécois a subi de grands bouleversements durant les années 1960. Si les choses ont beaucoup bougé, c'est en grande partie grâce au groupe Les Cyniques, un quatuor d'hommes ayant exprimé haut et fort des remontrances à l'endroit des gens en position de pouvoir, n'épargnant ni les politiciens, ni le clergé, ni les autorités policières. Les membres de la formation ont frappé fort avec la sortie de plusieurs disques, prouvant à la fois qu'ils savaient écrire des textes révélateurs et qu'ils pouvaient très bien réussir à faire réfléchir sans compter essentiellement sur leur image.

Rock et Belles Oreilles

Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Beaucoup d'événements et encore plus de gens sont passés dans le tordeur des membres de Rock et Belles Oreilles, tant à la radio qu'à la télé ou en musique. Durant une bonne partie des années 1980 et 1990, on avait la forte impression qu'aucun sujet ni aucune personnalité ne pouvaient échapper aux moqueries de la troupe de RBO. Collés sur ce qui se passait dans les différentes sphères d'activité du Québec, ils n'en manquaient pas une. Le curé lecteur de nouvelles pour le bulletin des sourds, incarné par Yves P. Pelletier, est un brillant exemple.

Les Bleu Poudre

Photo d'archives

Les années 1980 ont donné naissance à plusieurs artistes québécois frondeurs. Dans le lot, on retrouve Pierre Brassard, Jacques Chevalier, Ghislain Taschereau et leurs amis des Bleu Poudre, très à l'aise à tourner en ridicule les événements qui ont marqué notre quotidien. À la télé seulement, ils ont connu du succès avec l'émission «100 Limite» – durant laquelle ils ne s'imposaient aucune contrainte – et «Taquinons la planète» qui, elle aussi, accordait une grande place aux parodies. Et qui ne se souvient pas de Raymond Beaudoin, reporter bedonnant, à la fausse barbe et à l'appareil photo Polaroid qui a assisté aux événements mondains?

Guy Nantel

Photo Jean-François Desgagnés

S'il y a bien un humoriste solo qui n'a jamais eu la langue dans sa poche, qui a profité des tribunes qui lui ont été offertes pour dénoncer des choses et qui a bousculé les idées préconçues, c'est bien Guy Nantel. Non, l'artiste n'a pas peur de provoquer, surtout dans les hautes sphères de notre société. Ses bilans de l'actualité livrés devant public ont fait fureur. De plus, dévoilé il y a une décennie déjà, son spectacle «La réforme Nantel» colle encore très bien à la réalité dans laquelle nous vivons. Il trouve d’ailleurs toute sa force quand il livre ses numéros sur scène.

Jean-René Dufort

Photo courtoisie

Le nom Infoman colle à la peau de Jean-René Dufort. Depuis 20 ans, il livre des interventions cocasses et révélatrices sur les travers de notre société. Sa popularité est si importante qu'il a gagné, pour la première fois de sa carrière, le prix de l'AnimateurAnimatrice d'émissions de variétés ou de divertissement lors du plus récent Gala Artis. Ne craignant pas de se rendre dans des endroits où il n'est pas le bienvenu et ne baissant pas les bras face à un refus d'obtenir une entrevue (notamment avec un politicien), sa détermination fait du bien à voir.

Louis Morissette et Jean-François Mercier

Agence QMI

Le mariage scénique entre Louis Morissette et Jean-François Mercier avait de quoi surprendre quand il a été annoncé il y a de cela plusieurs années au festival Juste pour rire. Mais une toute petite minute du bulletin de nouvelles réalisé par les deux amis a permis de convaincre du bien-fondé de l'association. La recette simple s'est avérée fort efficace, les deux humoristes ne mâchant pas leurs mots pour se payer la tête, en quelques mots seulement, de plusieurs personnalités, faisant grincer des gens à maintes reprises (rappelez-vous du «Bye Bye» de 2008), mais aussi beaucoup rire.

À la semaine prochaine

Photo courtoisie

L'équipe du rendez-vous «À la semaine prochaine» s'est emparée des ondes radiophoniques de la Société d'État en 2008. Portée par le soutien des auditeurs et des critiques, pas surprenant qu'elle sévisse encore. Sacrée meilleure émission humoristique à la radio de 2012 à 2014 au gala Les Olivier, elle a réussi un véritable tour de force en alignant les observations comiques en misant uniquement sur l'audio. Dû à une forte demande pour voir Michèle Deslauriers, Pierre Verville et les autres troubadours, une revue de fin d'année a même été instaurée devant public.

Daniel Lemire

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Beaucoup d'humoristes aiment se payer la tête des grands décideurs de notre société, surtout les politiciens. Les blagues fusent de toutes parts lorsqu'il est question de souligner à grands traits l'incompétence de ceux et celles qui ont été élus. Mais peu savent le faire avec le doigté de Daniel Lemire. Il construit d'habiles monologues avec sa vision éclairante sur ce qui ne tourne pas rond ici, mais également ailleurs dans le monde. Ses observations justes sans vulgarité prouvent qu'un discours peut à la fois être très drôle et tout ce qu'il y a de plus pertinent.