/qubradio
Navigation

Excès de vitesse de Benoit Dorais: «C’est inacceptable!» dit Valérie Plante

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal Valérie Plante juge inacceptables les excès de vitesse du président de son comité exécutif, Benoit Dorais, qui s’est fait pincer à 171 km/h sur l’autoroute 35.  

«Ça m’a fâchée, a avoué la mairesse mercredi matin, en entrevue avec Benoît Dutrizac sur QUB radio. J’étais vraiment en colère.»  

Notre Bureau d’enquête révélait en juillet l’infraction commise par le président du comité exécutif de Montréal et maire de l’arrondissement du Sud-Ouest. En avril, ce dernier avait écopé d’une contravention de 1378$ et de 14 points d’inaptitude pour avoir roulé à 171 km/h sur l’autoroute 35.   

Benoit Dorais s’était ensuite excusé.  

«Ce qui s’est passé avec Benoit Dorais, son comportement, à rouler sur une autoroute à 170 km/h, ce n’est pas acceptable», a reconnu Mme Plante, qui souhaite que ses élus «soient irréprochables».  

«Oui, je l’ai brassé», a-t-elle assuré.  

Dans le studio de QUB radio, la mairesse, qui dirige la métropole depuis bientôt deux ans, a néanmoins réaffirmé sa confiance envers son président du comité exécutif.  

Elle assure que les excès de vitesse du numéro 2 de la Ville ne viennent en rien «altérer sa capacité à gérer un budget», «un travail qu’il fait avec beaucoup de rigueur».  

«Il faut être capable de faire la part des choses», a-t-elle insisté.  

  

Dorais et les journalistes  

Benoît Dutrizac a par ailleurs reproché au maire de l'arrondissement du Sud-Ouest de ne pas répondre aux journalistes, lui qui «courait après les médias» lorsqu’il était dans l’opposition.   

«On a entendu le message, on va parler avec nos équipes de presse», a assuré la mairesse Plante à l’animateur de l’émission du matin de QUB radio.   

Elle a toutefois ajouté que «si M. Dorais n’est pas disponible [pour répondre aux questions des journalistes], c’est peut-être parce qu’il travaille très fort».

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions