/entertainment
Navigation

Journée de grève de l’AQTIS: l’Union des artistes sera solidaire

Coup d'oeil sur cet article

Les membres de l’Alliance québécoise des techniciens et des techniciennes de l’image et du son (AQTIS) tiendront une journée de grève ce jeudi dans la foulée du conflit qui les oppose à l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM). Et l’Union des artistes (UDA) sera solidaire de ses collègues de l’AQTIS.

«On ne traversera pas de lignes de piquetage, a tranché Sophie Prégent, présidente de l'UDA en entrevue avec l’Agence QMI. De toute façon, s’il n’y a pas de techniciens (sur les plateaux de tournage), on ne peut pas travailler. La position de l’Union, c’est qu’on ne traverse pas les lignes de piquetage.»

Front commun

L’AQTIS annonçait le 15 août dernier qu’elle tiendrait une journée de grève le 29 août, insatisfaite des négociations en cours avec l’AQPM, laquelle regroupe plus de 150 entreprises de production en cinéma, télévision et web, entre autres.

Le moyen de pression a été adopté à 89 % au terme d’un vote auprès des membres de l’organisation. Le syndicat représentant quelque 6000 travailleurs pigistes milite notamment pour l’amélioration des conditions de travail derrière la caméra, pour l’obtention d’investissements dans la prévention des accidents de travail, pour une meilleure rémunération de ses syndiqués et pour que ceux-ci soient privilégiés en priorité dans les embauches sur les différentes productions.

Présentement, l’Union des artistes est également en négociations avec l’AQPM pour l’amélioration des conditions de travail de ses membres, mais pour l’heure, aucun mandat de grève n’a été lancé, a indiqué Sophie Prégent.

Même si, a-t-elle précisé, «une menace plane».

«On n’est pas en grève, mais on est quand même en front commun sur certains éléments avec l’AQTIS, a mentionné la comédienne. C’est important d’informer les membres et de positionner l’Union par rapport à ça. Si eux font une grève, s’ils débraient sur les lieux de tournage, forcément, ça va affecter nos membres. On n’a pas de mandat de grève, mais on peut très bien appuyer la leur.»

Sophie Prégent a noté que les raisons qui ont mené l’AQTIS à la grève de jeudi ne sont pas comprises dans les éléments du front commun qui unit les deux organisations, lequel compte aussi l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ), qui négocie également avec l’AQPM en ce moment.