/24m/job-training
Navigation

Les 7 péchés capitaux des jeunes entrepreneurs

Les 7 péchés capitaux des jeunes entrepreneurs

Coup d'oeil sur cet article

Louise Bouchard – 37e AVENUE

 

Tout entrepreneur rencontre des difficultés qui sont souvent sources de grands apprentissages. Mais certains comportements sont particulièrement nuisibles quand on lance son entreprise. En voici sept.

1. L’orgueil

Un ego gonflé à outrance cause l’incapacité à écouter les conseils et à accepter les critiques. L’entrepreneur s’isole dans sa tour d’ivoire, refuse de déléguer et a des problèmes de communication avec ses employés. « Pour rétablir l’équilibre, il faut plutôt accepter d’avoir près de nous une personne qui sera notre miroir », explique Pierrette Desrosiers, psychologue du travail, conférencière et coach d’affaires.

2. L’avarice

Ce trait désigne au sens premier le plaisir d’accumuler des richesses. Au plan entrepreneurial, cette attitude se traduit par un refus de partager les ressources et le pouvoir. « Cette attitude peut mener à des stratégies d’affaires qui sont éthiquement discutables », dit Pierrette Desrosiers.

3. L’envie

Il est facile de se comparer à ses concurrents et de les envier, surtout en raison des réseaux sociaux. Mais attention à la prise de décision motivée par l’envie; elle entraîne trop souvent des choix stratégiques douteux. L’entrepreneuriat n’est pas un concours de popularité!

4. La colère

Ce sentiment peut entraîner des conflits avec les associés et des problèmes avec les fournisseurs. Selon Pierrette Desrosiers, les impacts sont importants dans toutes les relations d’affaires. « Un patron colérique provoque un haut taux de roulement ou d’absentéisme – ou de présentéisme – de même que la démotivation dans ses troupes », dit-elle.

5. La luxure

Chez l’entrepreneur, ce péché prend la forme d’une recherche exagérée de gratification et de reconnaissance. Selon la psychologue, cette attitude entraîne toutes sortes de mauvais choix, car l’entrepreneur prend ses décisions dans le but de combler ses propres besoins plutôt que ceux de son entreprise. Il risque ainsi d’accepter des investissements mal ciblés.

6. La gourmandise

Être gourmand en affaires, c’est vouloir obtenir tous les contrats, croître trop rapidement, être membre de tous les comités, assister à toutes les soirées,

bref, ne rien laisser de côté. « Quand c’est trop, on dessert ses clients, ses collègues et ses employés. C’est très mauvais pour la réputation, et l’épuisement guette... », avance Pierrette Desrosiers.

7. La paresse

Ce trait peut paraître paradoxal chez les entrepreneurs, qui semblent des travailleurs infatigables. Mais de nombreux entrepreneurs reportent constamment des tâches qui leur pèsent ou des prises de décision difficiles. Cette procrastination finit par provoquer un manque important de concentration. « Fuir certaines responsabilités et des engagements pour s’étourdir dans les tâches agréables entraîne l’entreprise dans une spirale vers le bas », dit Pierrette Desrosiers.

Les éviter plutôt que d’avoir à se confesser

L’entrepreneur doit apprendre à identifier ses forces et ses faiblesses. Il doit aussi déterminer si ses valeurs sont alignées avec les objectifs de son entreprise, selon Pierrette Desrosiers. « Il n’y a pas de miracle... Un entrepreneur doit savoir reconnaître lorsqu’il réfléchit en fonction de ses émotions et de ses inconforts, pour apprendre à déjouer ces pulsions et à prendre des décisions d’affaires réfléchies », conclut-elle.