/24m/outings
Navigation

Antony Carle s’amusera au MEG

Antony Carle s’amusera au MEG
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Antony Carle était bien fébrile lorsque nous l’avons rencontré à la boîte de nuit Newspeak cette semaine. L’auteur-compositeur-interprète flamboyant offrira un concert dans le cadre du festival MEG ce week-end.

«Je suis vraiment excité de jouer à la SAT (Société des arts technologiques). Ça va être le "fun"!» lance l’artiste basé à Montréal, qui partagera la scène avec les artistes français Miel de montagne et Salut c’est cool samedi à 18 h.

«Je prends ça vraiment au sérieux la performance. Faire de la scène, c’est ce que j’aime le plus, je pense, et c’est là où je suis le plus à l’aise. J’espère que ce concert pourra m’apporter d’autres opportunités», renchérit-il, au sujet de sa prestation au MEG, un festival qui se donne pour mandat de faire découvrir des artistes hip-hop, techno et électro un peu moins connus.

Antony Carle s’amusera au MEG
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

S’amuser avant tout

Antony Carle est un artiste qui accorde une certaine importance à l’image qu’il projette. Le «24 Heures» n’était donc pas étonné qu’il eût savamment choisi le lieu de notre séance photo et pensé à son habit et au maquillage qu’il porterait avant notre rencontre.

«Ça a l’air superficiel ce qu’on fait, mais ce n’est vraiment pas ça. On s’amuse en fait. Je prends tout au sérieux, mais j’ai envie de m’amuser dans le processus. C’est quelque chose que je ne me permettais peut-être pas avant. On vit à l’ère du sérieux, mais c’est important, je pense, de s’amuser et j’essaie d’être rassembleur de ce côté-là avec ma musique et mon projet», indique-t-il.

Carle apporte la même minutie aux spectacles qu’il donne. «Si je fais le strict minimum et que j’ai toute ma voix de préenregistrée et que je suis juste derrière mon ordi, je trouve que ça ne sert à rien. Les gens ont déjà de la difficulté à se concentrer sur ce qui se passe, on a déjà de la difficulté à avoir l’attention de tout le monde, que tant qu’à faire on va en mettre un peu plus, comme ça les gens vont ressortir avec quelque chose. Si on sort du concert et qu’on n’a rien ressenti, qu’on n’ait pas été transporté d’une quelconque façon, ça ne sert à rien à mon avis», souligne-t-il, avouant même tenter d’impressionner son équipe à chaque concert.

L’artiste originaire de Trois Rivières, qui n’est pas sans rappeler l’extravagance du grand Freddie Mercury, promet aussi des visuels pour accompagner sa prestation comme la salle de la SAT le permet.

Antony Carle s’amusera au MEG
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Projet solo

Antony Carle a fait partie du duo Nouvel Âge avec David Pimentel, alias Pomo, pendant quelques années avant de finalement choisir de voler de ses propres ailes. «Je parle encore à David, il n’y a pas eu de rupture déchirante. Personne n’a pleuré, mettons!» lance-t-il en rigolant.

«Le duo a été vraiment formateur pour moi. J’ai pu développer mon écriture, mon style d’écriture, avec David», ajoute celui qui a lancé un EP de sept chansons en mai dernier.

Le musicien, ouvertement queer, a choisi d’aborder le thème de la communauté LGBTQ+ dans ce premier effort solo intitulé «The Moment». «Je pense que c’est ce que j’avais envie de dire ce moment-là précis, mais maintenant je continue dans la création et je ne suis plus dans ce cadre-là», explique-t-il.

«Le titre, "The Moment", pour un premier projet, je trouvais que ça marchait bien avec ce que je vivais. J’avais envie d’être présent, de m’assumer, de m’affirmer musicalement.»

Antony Carle sera à la SAT samedi à 18 h dans le cadre du festival MEG. Il aura quelques autres spectacles à Montréal en septembre.

Festival MEG: un événement qui continue de grandir

Le festival MEG offrira cette année une programmation bien diversifiée qui s’étendra de 16 h à 3 h du matin presque tous les jours du long week-end pour des journées de musique bien remplies.

«Une des nouveautés cette année, c’est notre partenariat avec le Piknic Électronik. On s’est associé pour développer cet événement, lui donner une plus grande envergure. On aura quatre Piknic au parc Jean-Drapeau, de vendredi à lundi, et on enchaîne en soirée à la SAT (Société des arts technologiques», explique Mustapha Terki, l’un des fondateurs de l’événement.

Les festivaliers pourront s’enivrer de musique électronique et hip-hop tout le week-end grâce à la venue d’artistes américains, français et belges qui s’ajoutent à plusieurs talents locaux.

«On travaille à présenter de nouveaux talents d’ici et d’ailleurs et des têtes d’affiche. Ça, ça reste toujours notre signature artistique, je dirais», souligne M. Terki, qui est aussi le programmateur du festival MEG.

«On va avoir une très belle soirée dimanche soir à la SAT qui s’appelle Disco Disco. C’est avec un collectif qui remet la musique disco à jour, donc ça va être très festif, affirme le cofondateur lorsqu’on lui demande ses coups de cœur. Aussi, on va avoir Salut c’est cool samedi. C’est un groupe français qu’on a invité déjà, il y a quelques années. Ils font de la musique électronique avec une performance incroyable.»

Le producteur français Rone, samedi, ainsi que Misstress Barbara, dimanche, seront aussi des incontournables des Piknic Électronik, selon M. Terki.

«Notre objectif, c’est vraiment de créer un gros événement de rentrée à la fois pour les étudiants, pour les Montréalais et pour les touristes», conclut Mustapha Terki.