/news/politics
Navigation

Québec remboursé pour les migrants irréguliers

Ottawa a finalement accepté de payer 250 millions$

Québec remboursé pour les migrants irréguliers
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

À l’aube de la campagne électorale fédérale, Ottawa a réglé la note pour la prise en charge des migrants irréguliers arrivés au Québec au cours des deux dernières années, notamment par le chemin Roxham.  

Le gouvernement Legault a annoncé vendredi que le gouvernement fédéral versera une « compensation financière de 250 M$ pour la totalité des coûts liés aux dépenses exceptionnelles déployées pour les demandeurs d’asile pour les années 2017 et 2018 ».  

C’est moins que les 294 M$ réclamés par le premier ministre François Legault en décembre dernier, mais beaucoup plus que les 136 M$ offerts par Ottawa à l’époque.  

Au cabinet du ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, on explique que le montant de 300 M$ était une estimation basée sur le montant réclamé par le gouvernement Couillard pour l’année 2017.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Coût réel 

Une fois les coûts réels connus, Québec a réclamé 250 M$ à Ottawa, assure son attaché de presse, Marc-André Gosselin.  

« Le chiffre de 250 M$, ça fait plusieurs mois qu’on l’a déposé à Ottawa. [...] On a obtenu le montant pour les coûts réels », dit-il.   

Le communiqué de presse de Québec précise que les deux gouvernements négocieront une nouvelle compensation pour l’année 2019, lorsque les coûts seront connus.  

De plus, les pourparlers se poursuivent pour « mettre en place un mécanisme de répartition pour permettre que les demandeurs d’asile soient dirigés vers leur province de destination à leur arrivée à la frontière canadienne ». 

Facture élevée 

Les demandeurs d’asile relèvent officiellement d’Ottawa, mais Québec doit assumer leur prise en charge – notamment pour l’hébergement, les soins de santé, l’éducation, l’aide juridique et l’aide de dernier recours – en attendant que le gouvernement fédéral se prononce sur leur statut. 

En 2018, 18 518 demandeurs d’asile sont entrés de façon irrégulière au Québec, plus particulièrement par le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie.  

En raison de l’entente sur les tiers pays sûrs conclue avec le gouvernement américain, le Canada ne peut accepter un demandeur d’asile qui se présente à un poste-frontière en provenance des États-Unis. Pour cette raison, plusieurs migrants empruntent un sentier près du poste-frontière et se retrouvent donc en situation « irrégulière ».